Le vendredi 23 février, les aventures de Nelly et Simon prendront l’affiche au cinéma. Vous reconnaitrez certainement les voix de Sylvie Moreau et de Guillaume Lemay-Thivierge derrière les deux personnages principaux. Voici des entrevues réalisées lors du tapis rouge qui avait lieu au CHU Sainte-Justine le lundi 19 février.

Guillaume Lemay-Thivierge/Simon

« Je me sens surtout privilégié parce que c’est un processus de création à partir de zéro. Au lieu de doubler un autre acteur qui l’a fait avant moi, c’est moi qui ai eu la chance de créer ce beau personnage par ma voix. Je me sens aussi privilégié d’avoir participé à un film québécois ; j’ai participé à quelque chose d’assez rare. On n’en voit pas beaucoup de films d’animation au Québec ; c’est normal parce que ça prend du temps à faire, ça coûte cher, c’est long et c’est un processus hyper complexe ».

… ses personnages d’animation préférés ?

« Lucky Luke et Astérix. Ce dernier avait une brillance incroyable pour pouvoir s’adapter à tout. Une petite “shot” de potion magique, il devenait un super héros. Lucky Luke, une espèce de cool dude qui n’avait peur de rien ; il était toujours assez “wise” pour faire renverser la situation. J’ai écouté beaucoup les Lucky Luke et les Astérix, ce sont mes deux préférés ».

… le défi de prêter sa voix à un personnage d’animation ?

« Je pense que c’est d’être dans une vérité et d’être dans quelque chose qui va faire que les gens vont s’accrocher au personnage parce que la voix est hyper importante dans un film d’animation. Si tu as une voix désagréable ou peu sympathique, tu as de la misère à t’attacher. C’est ça qui est difficile de proposer quelque chose sans savoir ce que ça va donner. Le plus difficile, c’est de ne pas savoir ».

… de présenter une première au CHU ?

« Je trouve que c’est un beau cadeau pour les enfants ; c’est brillant et ça va avec le style du film qui est présenté. J’ai fait des premières dans toutes sortes de cinéma, je trouve que ça colle extrêmement bien. C’est pour les enfants et les enfants de Sainte-Justine ont besoin d’un petit “break”, d’un petit moment de répit parce qu’ils travaillent souvent très fort sur leur santé. Tant mieux si c’est fait ici, ça me permet de découvrir ce cinéma que je n’avais pas vu jusqu’à maintenant ».

Sylvie Moreau/Nelly

« C’est le fun de travailler avec juste sa voix justement surtout quand c’est un personnage plein d’énergie et de légèreté. C’est un travail de composition à faire, mais c’est un personnage que je n’aurais pas pu jouer avec mon corps ».

… le défi de prêter sa voix à un personnage d’animation ?

« Le défi, lorsqu’on travaille juste la voix comme ça, c’est que c’est un projet à long terme. Admettons qu’on fait une partie des voix à un moment donné, 6 mois plus tard ou même une année plus tard, tu continues à faire tes voix. Donc, c’est fragile pour la mémoire quand c’est juste dans la voix. Une chance qui a un technicien de son… »

… de participer à un film pour les enfants

« J’ai fait beaucoup de choses pour les jeunes et les enfants ; c’est un public que j’adore et que j’aime toujours rencontrer. C’est un public qui est très vrai, enthousiaste et qui a toujours de bonnes réactions ».