Le groupe de musique ska californien The Interrupters a effectué son retour dans la métropole au grand bonheur de ses fans, qui avaient vite mis la main sur les précieux billets. La soirée se voulait prometteuse et festive, à l’image de la réputation du quatuor.

Pour assurer les premières parties de la soirée, nous avons d’abord eu droit à une prestation « relaxe » de l’artiste anglais Rat Boy. Ses acolytes et lui, tous vêtus en « mou », ont joué sobrement leurs pièces sans trop d’énergie.

Ensuite, nous avons assisté à une étrange prestation musicale et théâtrale du groupe américain Masked Intruder. Les musiciens, tous coiffés d’une cagoule colorée, ont offert une super performance musicale avec leur musique punk rock. Malheureusement, le chanteur n’a pas arrêté de parler du set et la mise en scène d’un policier qui se retrouve en one piece moulant à la fin de la prestation m’a laissé perplexe.

Les vedettes de la soirée n’ont pas tardé à monter sur scène. Dès que les lumières se sont éteintes, les fans se sont mis à crier pour les accueillir. C’est une Aimee Interrupter avec les 3 frères Bivona débordants d’énergie qui ont entamé rapidement avec la pièce A Friend Like Me.

Leur musique joyeuse n’a laissé personne indifférent. Le Club Soda au grand complet a grouillé du début à la fin et particulièrement quand le groupe a joué Take Back The Power et ma préférée, She’s Kerosene, où tout le monde chantait en chœur les bars dans les airs en skunkant.

Lors de la soirée, sans que personne ne s’y attende vraiment, Aimee a ému tout le monde en rendant hommage à Marie Starlet Lavigne, une jeune musicienne montréalaise décédée de façon tragique. Heureusement, l’enthousiasme des fans est revenu rapidement avec la musique entrainante et l’énergie charismatique du groupe. Ce fut un très bon concert qui a passé trop vite. On ne peut qu’avoir hâte de les revoir !