Hier, à Tout le monde en parle, Guy A. Lepage recevait à François Avard, un des auteurs derrière Le bonheur diffusée sur les ondes de TVA !




La série à fait beaucoup jaser en raison d’une scène où l’on voit François Plante (Michel Charette) péter une coche solide devant ses élèves. Plusieurs chroniqueurs, dont Marc Cassivi, ont tenu à s’exprimer sur la scène en question. Vous pouvez lire sa réflexion ici.

Sans grande surprise, l’ancien membre de Rock et Belles Oreilles a questionné François sur le texte du journaliste. Il a expliqué : « Je réponds, d’abord, que moi mon métier en tant qu’artiste c’est d’être quelqu’un qui met le doigt sur le bobo et qui emmerde les bien-pensants. C’était ça dans le temps des Bougon, c’est encore ça aujourd’hui. Qu’est-ce que j’en dirais d’autre ? J’en dirais que Marc c’est une espèce de curé d’une nouvelle religion qui est le wokisme. C’est une religion à laquelle j’adhère sur bien des principes, mais je ne la pratique pas cette ostie de religion-là. J’y crois, mais je ne suis pas pratiquant et il y a des curés comme Marc qui veulent faire la leçon aux gens ».

L’auteur a mentionné qu’il ne serait pas un « fonctionnaire du scénario » ou on lui dit quoi écrire et comment l’écrire. Il s’est excusé de décevoir Marc Cassivi. Il a ajouté : « Mais tsé, je suis un blanc. Je suis un homme blanc, malheureusement, cinquante-trois ans. Et si j’avais voulu mettre autre chose en scène qu’un homme blanc qui pète une coche, on m’aurait accusé d’appropriation ou de quoi que ce soit d’autre ».