Mardi soir (24 mars), c’était le dernier épisode de la première saison de Toute la vie. Si une suite a été annoncée sur les réseaux sociaux, on se demande bien si les tournages pourront avoir lieu comme prévu à l’ère du coronavirus. Comme toutes les filles ont accouché tour à tour, on devra s’attendre à voir de nouveaux visages à l’automne.

Dans la finale de la saison, on a commémoré le souvenir de Jolène (Alison Carrier) asphyxiée dans l’épisode précédent. Deux semaines plus tard, le gardien de sécurité de nuit (celui qui avait ouvert une page de girlfriend experience [GFE] à la victime) a été arrêté par la police.

CAPTURE D’ÉCRAN

Tina (Hélène Bourgeois Leclerc) est enceinte de Thierry (Patrice Robitaille). Est-ce qu’elle se fera avorter une troisième fois en 18 mois ? Est-ce qu’elle finira par accepter le signe qu’elle doit être mère ? Quant à lui, Christophe (Roy Dupuis) devient le tuteur de sa sœur enceinte de jumeaux. Contre son gré, elle devra vivre sa grossesse dans un centre de désintoxication.

CAPTURE D’ÉCRAN

Comme son bébé bougeait à peine depuis quelques jours, la jeune Anaïs (Cassandra Latreille) a dû subir une césarienne d’urgence. Est-ce que son bébé survivra ? Tout indique que non, selon la face d’enterrement de Tommy (Thomas Delorme) pour conclure cette saison.

À ne pas manquer (extrait du synopsis)

Toute la vie : La maternité adolescente (mardi 31 mars à 20 h) : Comme dans la série dramatique, la maternité adolescente présente dans la réalité de multiples visages et d’expériences, et ça ne date pas d’hier. L’âge des mères qui témoignent dans ce documentaire va de la jeune vingtaine à la cinquantaine. Chacune raconte son expérience personnelle comme la réaction des parents et de l’entourage. Le soutien qu’elles ont reçu, mais aussi les regards ou commentaires qu’elles ont encaissés, le père toujours présent ou largué depuis longtemps…

CAPTURE D’ÉCRAN

Certains de leurs parents témoignent de leurs réactions. Certains de leurs enfants, devenus ados ou adultes nous parlent du point de vue de leurs amis ou camarades de classe face à cette situation. Nous découvrons par ailleurs, le pendant de l’école Marie-Labrecque à Montréal, L’école Rosalie-Jetté en compagnie de quelques membres de son équipe. Une infirmière du CHU Sainte-Justine, spécialisée en gynécologie-obstétrique adolescente décrit le contexte dans lequel vivent les jeunes qu’elle appuie de son mieux.