Cet hiver, nous pourrons assister au retour de Patrick Huard au petit écran dans la nouvelle série Les honorables offerte par Club illico. Au cours de la première médiatique, nous en avons appris plus sur ce drame nageant dans l’univers du système de justice au Québec.

Après le meurtre de la benjamine, Gabrielle, la famille Dessureaux doit affronter le fait que le présumé meurtrier ait été acquitté. Toutefois, chaque membre ne vivra pas son deuil de la même manière… Découvrez nos entrevues réalisées avec Patrick Huard, Macha Grenon et Mylène Mackay, trois des comédiens de la série !

Patrick Huard (Ludovic Dessureaux)

Dans la série, tu te glisses dans la peau d’un juge. Cet univers t’était-il inconnu avant de te lancer ?

J’ai toujours eu un intérêt envers ça étant donné que, pendant ma jeunesse, je rêvais d’être avocat. J’ai même déjà assisté à des procès ! Je ne me suis pas rendu jusqu’au bout puisque je n’avais pas toutes les connaissances nécessaires, mais je me suis quand même beaucoup renseigné sur le sujet. Par contre, il ne faut pas seulement « focaliser » sur la carrière de Ludovic, qui est aussi un père de famille blessé. C’est un aspect très important de la série.

On t’a découvert à travers plusieurs rôles à saveur humoristique. Préfères-tu poursuivre dans le drame ou retourner vers l’humour ?

J’aime les deux et j’aime avant tout raconter des histoires. Si je sens que je peux le faire sur le ton juste, je vais accepter ! Toutefois, je ne pense pas que tout soit noir ou blanc dans la vie ; il y a toujours des nuances. C’est le cas avec les personnages que je créé : l’humour et le drame finissent souvent par se compléter. Selon moi, ce n’est pas une question de « versatilité », mais bien d’émotivité.

Macha Grenon (Lucie Dessureaux)

Dans la série, tu incarnes une juge. Était-ce un statut qui t’était familier avant de le jouer ?

C’était très nouveau pour moi ! J’ai pu faire de belles rencontres à travers ma recherche et j’ai adoré parler à des gens du milieu. C’est une profession qui requiert une immense responsabilité et qui m’a beaucoup passionnée.

Tu as déjà joué le rôle de Nathalie, une mère protectrice dans Nouvelle adresse. Crois-tu qu’il existe un parallèle entre tes deux personnages ?

J’ai toujours considéré que la grande blessure de Nathalie (atteinte d’un cancer) n’est pas de mourir, mais plutôt d’abandonner ses enfants, d’où son côté protecteur. Je perçois plutôt Lucie comme une lionne qui est prête à tout pour défendre ses enfants. Une femelle dans la jungle peut être féroce pour protéger ses petits, tout comme Lucie.

Mylène Mackay (Alicia Dessureaux)

Avant d’embarquer dans l’aventure, avais-tu déjà des connaissances sur le milieu juridique ?

C’était assez nouveau pour moi ! J’ai quelques amis qui exercent cette profession. J’ai donc eu l’occasion d’assister à certains soupers avec eux et d’en apprendre plus sur ce métier. Par contre, aucun membre de ma famille ne fait partie de cet univers. Alors, je suis allée chercher mes renseignements auprès des gens qui m’entourent.

Le personnage d’Alicia est joué avec beaucoup d’intensité, tout comme celui de Nelly Arcan que tu as incarné en 2016. Vois-tu des ressemblances entre ces deux femmes ?

Je crois qu’elles se ressemblent à travers leur désir d’être parfaites ! Nelly Arcan est une femme qui a beaucoup souffert en essayant d’atteindre la perfection à tous les niveaux et c’est aussi quelque chose qui est très marquant chez Alicia. D’ailleurs, cet aspect fait perdre le visage d’Alicia lorsque son orgueil est atteint après avoir commis une erreur. Elle n’en fait pas souvent, c’est le genre de fille qui a A+ dans tout ! Elle doit donc vivre avec les conséquences, ce qu’elle trouve très difficile.

Ne manquez surtout pas Les honorables, diffusé par Club illico est déjà en ligne !