Les fameux influenceurs, qui ont été traités de sans-desseins par le premier du Canada, font encore jaser. Chaque jour, on apprend de nouvelles informations qui ne les avantagent pas du tout.




Si plusieurs personnes ont dénoncé le comportement ou se sont moquées des influenceurs, d’autres, comme Vanessa Pilon, ne veulent plus qu’on s’acharne sur eux. Dans une publication partagée sur son compte Instagram, la maman a pris la défense des influenceurs.

À LIRE : Vanessa Pilon souligne les trois ans de Claire ! (PHOTOS)

À LIRE : Mignonne photo d’Alex Nevsky et sa fille en vacances !

Elle a écrit : « Opinion impopulaire, mais je regarde l’avalanche de memes et de commentaires sur les influenceurs de Cancun, j’observe cette histoire prendre de l’ampleur, et ça me serre dans l’ventre. Ce qui me serre dans le ventre, ce n’est pas l’égocentrisme ou le manque de jugement évident. Honnêtement, je pense que, en presque deux ans à vivre dans ce contexte pandémique, on a tous.tes eu envie, à un moment ou un autre, d’un break de la réalité. Partir se saouler dans un avion vers le soleil, licher la face de ses amis et vapoter comme s’il n’y avait pas de lendemain, c’est une façon comme une autre de fuir l’inconfort de la situation actuelle.

Ce qui me serre dans le ventre, c’est comment, collectivement, encore une fois, on se réjouit de trouver des cibles sur lesquelles il devient moralement acceptable de frapper. On se permet alors de célébrer leur malheur, ce qu’ils perdent, tout en essayant de gagner un peu d’approbation au passage, en faisant un petit montage funny pour se moquer d’eux. Je nous vois relâcher cette tension qui s’accumule en nous sur des cibles évidentes, et ce que je perçois, surtout, c’est une recherche de connexion aux autres, une tentative de se rassurer en se convainquant qu’on appartient au “bon groupe”. Comme un band-aid sur un mal-être plus profond. Mais ce n’est qu’une séparation de plus entre nous, alors qu’on est socialement plus fragilisés que jamais.

Opinion impopulaire, mais, si jamais ma voix résonne d’une quelconque façon dans ce vaste métavers en devenir, je vous invite à vous observer, avec honnêteté, sans jugement, pendant que vous vous nourrissez de cette saga-drama, et toutes les autres à venir : Qu’est-ce qui me fait du bien, là-dedans ? Qu’est-ce que j’essaie de combler, de conforter ?

Avec plein d’amour et de bienveillance pour nous, et nos stratégies afin de soulager l’inconfort qui nous habite. 💛 (pour Sophie, c’est de se faire griller les mamelles sur le bord du foyer.) »