On apprenait récemment que l’animateur André Arthur, qui sévissait sur les ondes de BLVD 102,1 à Québec, a été viré pour des propos jugés offensants. Il avait qualifié la rue Saint-Jean de « boulevard du sida ».

Ses commentaires n’ont évidemment pas passé dans l’opinion publique et des chroniqueurs comme Yves Boisvert de La Presse ont senti le besoin de s’exprimer sur le sujet.

Sur les réseaux sociaux, Boisvert a indiqué dans un micromessage : « La différence avec les ordures, c’est que les ordures, une fois que tu les as sorties, personne ne va les chercher pour les rentrer chez lui, tandis qu’André Arthur, oui. »

Sans surprise, ce message a fait réagir grandement les admirateurs du bouillant animateur. André B. a d’ailleurs rappelé au journaliste des propos émis dans sa chronique datée du 31 janvier 2015 : « Le droit de tenir des propos outrageants, offensants, rétrogrades, blessants même est une composante de la liberté d’expression. » Il faisait un lien avec l’affaire André Arthur.

Pour lire la chronique du 31 janvier 2015, c’est ICI

https://twitter.com/leb4/status/958143161615945729

Image : Télé-Québec

Source : Clique du plateau