Après être venu au National le 27 février 2015 et le 27 février 2016, Silverstein était de retour quatre ans plus tard, presque jour pour jour, dans la même salle. Cette fois-ci, la formation ontarienne célébrait ses 20 ans d’existence ainsi que les 15 ans de leur album qui leur a permis de se faire découvrir (soit Discovering the Waterfront).

  1. Afin de présenter du nouveau matériel (comme Burn It Down et Infinite) et des pièces tirées de Discovering the Waterfront, Silverstein a divisé sa prestation en différents sets. Sans surprise, le set acoustique a été celui qui aura attiré moins l’attention du public. Quand les gens ont envie de trasher à fond la caisse, ça peut être pénible d’écouter des pièces remplies de vulnérabilité et de douceur. Bref, ce fut le constat habituel avec le blabla habituel des salles de spectacle.
  2. Quinze ans après leur parution, les percutantes pièces Smile In Your Sleep et My Heroine valaient le détour. Elles n’ont rien perdu de leur rage. Au contraire, c’était comme si le public les entendait en spectacle pour une première fois. Tandis que les musiciens guidés par le chanteur Shane Told n’ont rien perdu !
  3. Est-ce que vous vous souvenez des compilations de Punk Goes… auxquelles des formations punks reprenaient de récents succès ou des classiques ? Sur la deuxième compil, la formation canadienne avait repris Apologize du duo Timbaland/OneRepublic. Les musiciens ont livré une brillante version même si elle manquait légèrement de mordant et de punch dans le contexte du spectacle. Un coup parti, j’aurais aimé que le groupe s’attaque à Runaway (de Kanye West) se retrouvant sur la 4eoffrande de la série.

  1. Les Ontariens seront surement de retour sous peu. Le 6 mars prochain, Silverstein sortira son 11album en carrière (A Beautiful Place to Drown). Tout indique qu’ils devraient revenir, dans la prochaine année, jouer son 66eshow (selon setlist.fm) au Québec et promouvoir leur opus à paraître. Tous ceux qui ont essayé de se procurer des billets à la dernière minute auront, finalement, la chance de les voir.
  2. Bien que le show affichait complet depuis quelques semaines, ils avaient une trentaine de sièges de libre au balcon. Alors, vous pouvez deviner que le parterre devait être compact en s’il vous plaît. Dans une telle ambiance, on peut s’imaginer l’intensité du moshpit et des crowdsurfings.
  3. Après que While She Sleeps n’eût joué que onze chansons au Théâtre Farimount 48 heures plus tôt, Silverstein a été extrêmement plus généreux avec une impressionnante liste de 26 pièces. Parfait pour un spectacle de la Nuit blanche !
Crédit photo : Sébastien Jetté / ARP.MÉDIA

Liste des chansons

  1. Burn It Down
  2. Retrograde
  3. A Great Fire / Vices / Broken Stars
  4. Face of the Earth
  5. Infinite
  6. Stand Amid the Roar / On Brave Mountains We Conquer / A Better Place / In Silent Seas We Drown / California / To Live and to Lose / This Is How the Wind Shifts / Arrivals / Departures
  7. Apologize (de OneRepublic)
  8. The Afterglow
  9. Massachusetts
  10. Still Dreaming
  11. Replace You
  12. Aquamarine
  13. Red Light Pledge
  14. Toronto (Unabridged)
  15. Your Sword Versus My Dagger
  16. Smile in Your Sleep
  17. The Ides of March
  18. Fist Wrapped in Blood
  19. Discovering the Waterfront
  20. Defend You
  21. My Heroine
  22. Always and Never
  23. Already Dead
  24. Three Hours Back
  25. Call It Karma
  26. * Bleeds No More