Prévu initialement au Métropolis, le spectacle de la formation américaine Awolnation a déménagé ses pénates au Théâtre Corona Virgin Mobile. Si nous n’étions pas certain de ce changement, nous avons été rassurés dès le début du spectacle.

Dès les premières mesures de Run, le public savait déjà qu’il allait passer un agréable moment en compagnie des Californiens. S’ensuit  Hollow Moon (Bad Wolf), extrait qui a joué en boucle dans les radios, qui nous a prouvé que Aaron Bruno et sa gang avait l’entier contrôle de la situation. Les chansons qui ont suivi étaient toutes aussi énergiques et ont fait danser le public visiblement content d’être présent. Parfois, en raison des jeux de lumières, on avait l’impression d’être sur un plancher de danse. C’était différent de ce que je voyais habituellement au Théâtre Corona.

awolnation2

Même si les gens ont apprécié le spectacle, ils avaient hâte d’entendre, mais surtout de chanter le hit d’Awolnation, Sail. Les Californiens ont récompensé le public en lui donnant la chanson comme dernier rappel. Curieusement, en y repensant, c’était probablement un des pièces les moins énergiques, c’était une bonne idée de la faire à la fin, car elle aurait cassé le rythme. Et que dire du chanteur qui était en feu! Malade!!

Juste avant Awolnation, la formation Family of the Year s’est laissée charmer par le public québécois en lui offrant sa pop matinée de folk et rock. L’énergie était là, le courant passait très bien entre les Californiens et les gens dans la salle. C’est avec main de maître que le quatuor américain a livré ses chansons et s’est fait mieux découvrir. Son hit Hero, interprété à la toute fina été bien accueilli par la foule. Si vous les avez manqués, les membres feront une visite au Festival d’été de Québec.