Le Centre Bell était bondé pour voir l’excellent hommage rendu à Pink Floyd par les musiciens de Brit Floyd. La soirée a été sous le signe de la nostalgie, nous rappelant cette époque révolue d’une musique très créatrice.

Les chansons de la formation britannique Pink Floyd sont un baume sur nos plaies. Quand on les entend, on a l’impression de revivre les belles années, d’être devant un monument musical! Et Brit Floyd réussit à recréer toute cette magie, à nous replonger au cœur des compositions de ces génies contemporains.

Pour la tournée Space and Time PT2 Continuum, Brit Floyd nous gratifie des plus grands succès des Britanniques comme Another Brick In The Wall, Money et Comfortably Numb, mais aussi de nouvelles chansons. Hit ou pas, les chansons du répertoire de Pink Floyd sont importantes et elles méritent chacune leur place pendant le show.

On a même eu droit à l’intégral de la pièce Echoes, qui a duré autour de 24 minutes. C’était assez épique! Dans une entrevue, Damian Darlington soulignait que Meddle, l’album sur lequel figure Echoes, était un de ses albums préférés.

Un éclairage très in

Les jeux de lumière viennent soutenir les titres interprétés, leur donner du poids. Je pense aussi à certains effets spéciaux ou objets qui apparaissent sur scène (je reste flou pour ne pas trop en dévoiler). Tous ces petits moments sont les bienvenus et renforcent les performances scéniques.

On pourrait reprocher aux membres de Brit Floyd de ne pas trop bouger, d’être un peu statique devant la foule. Dans ce cas-ci, ça me semble plutôt secondaire, moins important. Car l’accent est mis sur les chansons et tout le visuel qui les accompagne.

On ressort de notre soirée très fébrile, heureux et souriant. On a l’impression d’avoir assisté à quelque chose d’unique qu’on ne reverra plus maintenant, à une énergie créatrice qui appartient au passé. Et je crois sincèrement que c’est ce que les gars de Brit Floyd voulaient créer comme ambiance et nous laisser comme image.

Rappelons que la troupe à Damien Darlington sera sur les planches du Grand Théâtre de Québec, le 25 mars.