Vendredi avait lieu le tout nouveau du Cirque du Soleil, Axel. La troupe nous a offert un spectacle sympathique, mais surtout en seconde partie.

Le nouveau spectacle du Cirque du Soleil raconte l’histoire d’Axel, un jeune artiste, inspiré par une mystérieuse jeune femme nommée Lei. Cette dernière va lui créer un monde irréel dans lequel elle sera son héroïne. Évidemment, des rebelles viendront s’ajouter à cette histoire.

Bref, cette histoire un peu difficile à suivre et pas toujours claire, car les mondes défilent à la vitesse de l’éclair, est tout de moins intéressante à regarder pour le visuel. En effet, le Cirque du Soleil a voulu épater la galerie avec une projection aux allures futuristes et c’est pas mal réussi sur ce plan.

En ce qui concerne les acrobaties, on les cherche toujours. Non pas qu’elles ne soient pas intéressantes, mais on en aurait voulu des plus surprenantes. Probablement que le fait que les acrobates portent des patins a obligé le Cirque a imposé une certaine limite pour les acrobaties.

En ce qui concerne la musique, le compositeur Philippe Brault a visiblement puisé dans le répertoire pop, car on y a entendu entre autres Rihanna (Diamond), Radiohead (Creep), Bee Gees (Sould Be Dancing) et House of Pain (Jump Around). Il a réussi à rendre le spectacle plus agréable aux oreilles des spectateurs.

Bref, le Cirque du Soleil nous a pondu un spectacle sympathique avec Axel, toutefois très loin des Alegria de ce monde.