Jusqu’au 16 février, Camille Boitel présente L’Homme de Hus à La Chappelle. Très différent des spectacles de cirque dans lesquels la maîtrise parfaite du mouvement est recherchée, L’Homme de Hus est un incorrigible maladroit auquel tout échappe.

Une grande partie du spectacle, qui se compose de plusieurs tableaux, laisse place à l’imprévu dans cette performance vivante tenant du théâtre de l’absurde. Très (trop?) recherché, le spectacle est inégal dans sa qualité mais chaque tableau réserve quelques pépites de création qui vous arracheront un sourire, vous feront sursauter ou réussiront peut être à vous émouvoir.

Dompter son environnement

La salle de La Chappelle a cette qualité d’être très intimiste. Ainsi, malgré quelques longueurs, on n’a pas d’autres choix que d’être attrapé par l’énergumène dégingandé qui gesticule sur scène.

On entend chaque respirations, les craquements du bois et ressent tout les efforts de ce mal adapté qui essaie tant bien que mal de dompter son environnement.

Chaque geste synonyme de complications

La narration est simple, un homme en chemise de nuit essaie tant bien que mal de monter une table face au publique.

À partir de là, tout va de mal en pire pour le malheureux pour qui chaque geste est synonyme de complications.

Le personnage est à la fois drôle et touchant de détresse alors qu’il se débat et que chaque situation se transforme en sac de nœud.

L’artiste « manipule » de nombreux tréteaux, à la fois décor, accessoires et personnages qu’il finit par dompter sous forme d’ingénieuse machine.

Camille Boitel – Magnifique interprète

Il est à noter que le spectacle est assez agressif. Tout comme l’homme de Hus souffre sur scène, le spectateur est successivement aveuglé, respire la cendre dont l’artiste se couvre et subi les nombreux claquements du bois sur le sol.

Très brut, le spectacle manque de nombreuses opportunités d’atteindre la douce poésie et les moments de grâce que le cirque sait si bien générer et préfère se concentrer sur le portrait d’un enfant terrible et hyperactif, à l’étroit dans son corps et en dissonance avec le monde qui l’entoure.

Le personnage est néanmoins touchant grâce au talent de comédien de Camille Boitel, magnifique interprète.

L’Homme de Hus est à l’affiche de la Chapelle Scènes contemporaines jusqu’au 16 février.

Crédit photos: Olivier Chambrial

Rédaction: Lucas Brunet