C’est une soirée “feu de camp”, si on veut, que nous a proposés David Jalbert à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts. Le chanteur a revisité ses succès ainsi que présenté quelques nouvelles pièces à un public en délire venu le voir.
Dès notre entrée dans la salle, on sait déjà d’avance qu’on va passer une agréable soirée. La mise en scène est simple et à la bonne franquette comme on dit. Il en faut pas plus pour rendre le concept intéressant.
IMG_2263-1

Parfois, l’exercice de présenter des pièces en version acoustique n’est pas toujours réussie. Dans ce cas-ci, elles n’ont pas perdu trop de leur essence et l’accent est mis davantage sur les paroles. Il en ressort de jolis morceaux qui charment autant! Le fait que la salle soit petite donne aussi un plus grand sentiment d’intimité; l’interaction entre le chanteur et le public devient plus solide.

L’artiste folk-pop de Montréal, qui a déjà 4 albums à son actif, a balancé Souvenirs d’enfance, Hey Jack, Si Dieu ainsi que quelques plaisirs coupables comme Pour que tu m’aimes de Céline Dion ou Harmonie du soir à Châteauguay de Beau Dommage. Même en étant en version acoustique, ces chansons avec de la chair autour de l’os, n’étaient pas dénudées d’intérêt.

Le public, qui scandait son nom, a visiblement aimé ce moment où l’artiste se mettait à nu! Il en a profité pour taper des mains et chanter à l’occasion. On avait vraiment l’impression d’être devant un feu de camp. Finalement, il ne manquait que les guimauves pour faire réel!
IMG_0050-1