Malgré sa mi-vingtaine, la jolie Dom La Nena a vraiment un talent fou et semble avoir fait ce métier depuis toujours. C’est au Gèsu qu’on a pu constater rapidement de quoi il en retournait et qu’on était devant une violoncelliste hors pair.

Car oui, elle ne fait pas que bien chanter, elle s’accompagne en même temps! Et le fait si merveilleusement bien! Même si elle chante en brésilien, Dominique Pinto — c’est son vrai nom — a parle en français avec le public durant le spectacle. En l’écoutant parler, mais aussi chanter, on sentait toute la fragilité exprimée, toute la douceur qu’elle projette. C’était une belle musique à nos oreilles.

DSC_2332

Son violoncelle et elle forment un tout indissociable. Son univers est très mélancolique et très posé; c’est une lueur dans le ciel. Elle a interprété quelques chansons de son nouvel album Soyo pour son public qui s’est révélé très réceptif à sa musique. Elle nous a enivré par sa voix, mais également par sa joie de vivre débordante. Elle était un peu comme un bon vin qu’on aime consommer.

C’est vraiment une artiste que je vous recommande, et si vous passez dans le coin, elle sera le 26 mars au Marine Cabaret à Sorel-Tracy, le 27 mars à la Maison de la culture Francis-Brisson  à Shawinigan et le 28 mars au Théâtre Petit Champlain à Québec.

DSC_2346