Ce weekend, la Fondation des Canadiens pour l’enfance présentait un grand événement familial. Le Centre Bell ouvrait ses portes au public pour la 5e édition du Face à Face des célébrités Ford. Les spectateurs pouvaient assister à un match de hockey amical entre personnalités artistiques.

L’équipe de Patrice Bélanger a écrasé celle de Pierre-Yves Lord. La marque finale a été de 11 à 5 en faveur de l’équipe dirigée par Jacques Demers. De son coté, la formation perdante était entraînée par Louis Morissette.

Patrice Bélanger a eu l’immense honneur d’être le capitaine de son équipe pour la 5e édition : « On est privilégié de vivre ce match. L’expérience au Centre Bell est accessible pour toute la famille. De notre coté, on a beaucoup de plaisir sur la patinoire. Ultimement, cela remplit les coffres de la Fondation. Alors, tout le monde est gagnant ».

Jacques Demers avait le privilège d’entraîner l’équipe gagnante. L’ancien entraîneur du Canadien a aimé beaucoup l’ambiance qui s’est dégagée durant l’événement : « On veut que tout le monde ait du plaisir. Les joueurs veulent s’amuser, mais aussi compétitionner ». Pour conclure avec humour, il avait la certitude que son équipe allait compter plus de buts que l’équipe des Canadiens.

C’est un incontournable pour un trippeux de hockey comme Jean-François Baril : « C’est un événement extraordinaire chaque année. Tu te sens comme une star sur la glace. Si tu comptes un but, la foule capote! ».

En agissant comme capitaine pour la première fois, Pierre-Yves Lord a ressenti une certaine pression face à son rôle : « C’est grandiose de pouvoir jouer et vivre un semblant d’excitation que peut ressentir un joueur professionnel. Alors, il faut en profiter le plus possible ».

C’est un rêve de ti-cul pour Mario Jean que de participer à un tel événement : « C’est un rendez-vous qu’on ne peut pas rater. On se sent comme des joueurs professionnels. Autant de la façon qu’on est traité dans le vestiaire, que sur la patinoire avec les caméras ainsi que la foule incroyable qui nous encourage ».

Le joueur du match Jean-François Baril – fier de ses deux buts et trois passes – a apprécié son expérience, mais il est demeuré humble : « Pour être franc, on a levé les pieds un peu comme il y avait trop de buts d’écart. Ça été un beau moment de pouvoir me promener avec le trophée sur la glace. Le plus important, ça été la somme de plus de 150 000$ qui sera versée aux enfants ».