Un vendredi  soir, le 4 mars, les « métalleux » de la métropole s’étaient donné rendez-vous au Théâtre Corona Virgin Mobile. Blessthefall présentait son cinquième album To Those Left Behind paru à l’automne 2015.

Après un jeu de lumières ahurissant, la formation menée par Beau Bokan s’est avancée  sur scène avec entrain. D’entrée de jeu, les musiciens ont interprété Hollow Bodies et, dès les premiers riffs, un incroyable mosh pit s’est créé dans la foule. Bref, le concert s’annonçait épique et énergique.

Par la suite, le groupe américain a enchaîné les pièces metalcore, à vive allure. L’intensité était à son comble, autant sur la scène que dans le public. À tel point qu’à un certain moment, plusieurs fans ont monté sur scène avec Blessthefall.

Selon l’avis  de Beau, le public était tout simplement « amazing ». Ses interactions avec les spectateurs ont rendu le show palpitant et divertissant. Entre deux chansons, le chanteur a invité un garçon de 10 ans à venir le rejoindre en s’exclamant que celui-ci représentait le futur du rock’n’roll.

Dead Air, coup de cœur!

Mon coup de cœur de la soirée a été l’interprétation de Dead Air. Cette pièce, faisant partie du nouvel album, est ma favorite de l’ensemble du répertoire du groupe. Un moment  magique grâce à toute l’intensité qu’elle dégage ainsi qu’à son côté mélodique.

En rappel, le groupe a offert la jolie ballade Open Water. Dans la version studio, Beau collabore avec sa femme – la chanteuse canadienne Lights. Cette chanson était clairement la plus douce de la soirée. La foule m’a paru davantage silencieuse.

Avant la prestation de Blessthefall, Miss May I a réchauffé la salle avec un son metalcore. Elle a été conquise par cette musique trash et remplie d’énergie. En conclusion, les musiciens, menés par Levi Benton, ont joué l’électrisante Relentless Chaos.

Rappelons que les formations  Obey The Brave et Sirens and Sailors ont assuré la première partie du concert. Malheureusement, A War Within  s’est désisté.