En cette première journée de printemps avait lieu le Gala du cinéma québécois, en direct du Monument-National. C’est toutefois à la Société des Arts Technologiques que les artistes ont foulé le tapis rouge. J’ai pu les rencontrer afin de leur demander quel nom ils donneraient au trophée du gala. Toutes sortes de réponses m’ont été données, à vous d’en juger!

C’était littéralement la folie dans le petit périmètre réservé aux journalistes, et bien évidemment chacun veut sa part du gâteau. Une minute par personne ? J’ai intérêt à être concise et claire.

Ainsi, je m’adresse à Lysandre Ménard, finaliste dans la catégorie Meilleure actrice de soutien pour son rôle d’Alice dans La Passion d’Augustine, qui me répond spontanément : « Pierre Perrault », grand cinéaste québécois. Réponse qu’Anne-Élisabeth Bossé a appuyé, avant de me dire qu’elle le prénommerait « mon précieux ».

Quant à Irdens Exantus, lauréat dans la catégorie du  Meilleur acteur de soutien pour son rôle dans Guibord s’en va-t-en guerre, il le baptiserait « Le lys d’or ». La récipiendaire du trophée de la Meilleure actrice de soutien, Diane Lavallée, pourra le baptiser comme elle me l’a dit : « L’étoile. Et le trophée Étoile va à … », puisqu’elle est a été récompensée pour sa participation au film récoltant six prix, La Passion d’Augustine.

Pour sa part, Maxime Gaudette, en lice dans la catégorie Meilleur acteur pour sa participation au film Les êtres chers, est allé dans le même sens qu’Anne-Élisabeth avec sa réponse inspirée de Gollum.   

J’ai également eu l’occasion de m’entretenir avec un autre finaliste de la catégorie Meilleur acteur, Alexandre Landry. Celui qui a joué le rôle d’Alex dans le film L’amour au temps de la guerre civile m’a confié vouloir voir le trophée avant et de s’en inspirer.

Quant à Marilou Wolfe, qui a prêté sa voix au personnage de Sophie dans La guerre des tuques 3D, c’est le sourire aux lèvres qu’elle m’a répondu : «J’suis pas bonne là-dedans, je ne sais pas.». Mais on lui pardonnera puisqu’elle a été pressée par le temps, et le début du gala arrivait à grands pas.

Cela a donc été une course contre la montre où la fébrilité et l’excitation étaient au rendez-vous. Les réponses des artistes étaient toutes plus intéressantes les unes que les autres. Pour tout savoir sur l’envers du Gala du cinéma québécois et les 20 récompenses remises, vous pouvez le faire sur le site officiel.