Samedi le 20 décembre avait lieu au Théatre Petit Champlain le concert du groupe québécois Grimskunk. Accompagnée des bands Beat Cops et Carotté pour réchauffer  la scène, la formation punk a concocté une soirée très variée qui a su plaire au public présent.

Bottes de combat, jeans troués, vestes cloutées et cheveux colorés, telle était la norme pour le spectacle de la formation montréalaise Grimskunk. Entassés serrés sur le parterre, les adeptes de punk et de rock ont été gâtés lors de cette soirée.

Les membres de Beatcops ont d’abord ouvert le bal en enchaînant leurs pièces  rock and roll à la fois agressives et psychédéliques. Leur son transportait directement le public dans les années 70 sans pour autant donner l’impression de déjà-vu. Parmi leurs bonnes chansons, mentionnons l’excellente When you Left Home, disponible sur Bandcamp.

_DSC0014

Carotté a été le deuxième groupe à prendre la scène d’assaut. L’imposante formation de six membres originaires de Neuville a su se démarquer avec son image bien au point. Le symbole de la raquette souvent répété, les chemises à carreaux, la salopette du guitariste : tout était là afin d’appuyer leur style unique, soit un heureux mélange de punk rock et de musique traditionnelle québécoise. Le répertoire était particulièrement bien choisi en cette veille du temps des fêtes. Plusieurs fans ont entamé de joyeuses danses à la manière de nos ancêtres et n’ont pas hésité à participer lors des chansons à répondre. De quoi réchauffer le public pour le band principal !

_DSC0047

Enfin, Grimskunk a fait son entrée en scène avec une introduction remplie de suspense, presque planante, pour enchaîner ensuite avec des pièces agressives et rapides typiques du punk. Plusieurs d’entre elle avaient une connotation politiques et étaient dédiées à Stephen Harper comme Gros tas d’marde ou America Sucks. Un pot-pourri de leurs chansons plus et moins récentes a suivi, dans une variété de styles qui a donné suite à l’ambiance établie par les deux formations précédentes. Pour terminer le spectacle, la formation a offert un généreux rappel de cinq chansons parmi lesquelles figurait la fameuse Mange d’la marde.  Bref, que ce soit en version rock, en espagnol (Ya Basta) ou en version reggae (La vache), chacun y trouve son compte avec Grimskunk.

_DSC0074

En fin de compte, cela aura été une soirée particulièrement festive et diversifiée, qui aura su en satisfaire plus d’un. À la sortie du spectacle, les sourires en disait long. Mission accomplie pour ce party de Noël. Sur ce…Joyeuses fêtes !