Après avoir assisté au 15e gala Juste pour rire de Laurent Paquin jeudi soir, on a changé de registre le vendredi 20 juillet avec le tout premier gala de Pier-Luc Funk. Une soirée complètement différente de la veille à tous les niveaux.

Quelque peu nerveux et fébrile, Pier-Luc Funk a commencé son numéro d’ouverture en parlant de son TDAH : « J’étais en deuxième année, j’ai regardé un oiseau dehors et j’étais rendu en quatrième année ».

Ce fut bref, car c’est le seul moment que l’acteur a parlé de lui et de ses émotions. Passionné de cinéma, il a orienté ses gags vers le Titanic et Tobby et il s’est décroché de son public qui n’a — malheureusement — pas embarqué dans le jeu.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

Une petite remarque sur le passé

« C’est mon premier gala Juste pour rire, je ne suis pas venue l’année passée parce que j’avais peur de me faire pogner les fesses. Cette année, je suis correcte », s’est exclamée d’entrée de jeu Rosalie Vaillancourt. Ç’a été le seul moment de dérapage dans l’univers de Gilbert Rozon, une soirée « politically correct ». Si elle avait présenté son numéro plus tard dans la soirée, je crois qu’elle se serait davantage démarquée.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

À la recherche d’une étincelle

Si on mettait plusieurs espoirs pour que Yannick De Martino soit le premier humoriste à soulever le public, ça n’a pas été le cas. Une prestation décevante pour un artiste en vogue comme lui.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

Le premier humoriste qui a réussi à faire bondir les gens de leur siège a été Arnaud Soly. Sans présenter rien d’extraordinaire, l’humoriste-improvisateur a livré la marchandise. Son meilleur gag a été : « Dans le métro, une vieille dame a donné sa place à une plus vieille… et moi, j’étais assis à côté ».

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

On revit l’époque du Far West

Devant un morceau de tissu durant 5 minutes, Pierre-Luc a recréé l’époque du Far West… Tout ça s’est conclu avec un langoureux baiser avec Maripier Morin ainsi que la participation de son ami Martin Boily — déguisé en bottes de foin. Amusant !

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

Giovanni Apollo, il s’appelle Jean-Claude !

Si on a épargné Éric Salvail durant ce gala, il y a une autre personnalité artistique qui a été visée par le segment #Metoo de la soirée. Charles Pellerin a déploré le fait qu’on a entendu plus parler de « Jean-Claude » que des allégations sexuelles auxquelles il fait face.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

L’étincelle apparaît enfin !

Fidèles à leurs habitudes, Les Denis Drolet ont fait dans l’absurdité et dans les jeux de rôles. La dernière image visuelle qu’on a de ce numéro… c’est Vincent Léonard avec les culottes baissées et la stupéfaction dans les yeux de Sébastien Dubé !

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

Promotion du cannabis ?

Selon les membres de Sèxe Illégal, la légalisation du cannabis est la première « légalisation cool » au Canada depuis 1969. Gageons qu’on les verra bientôt au Starbuzz et qu’ils abuseront des bénévoles de Yeux Rouges.

Un petit « bonus » pour nos amis de la Rive-Sud : « Le DIX30 a été construit pour garder les mongols en dehors de l’île », relatant l’exemple de la Grande Muraille de Chine.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE

Un Tim Hortons dans votre cul, monsieur ?

En imaginant un énorme génocide aux États-Unis causé par l’obsession maladive des Américains pour les fusils, Didier Lambert a frappé un coup de circuit. Tout le monde a bondi de son siège afin de le féliciter.

Et une dernière farce pour clore cet article : « Y’a tellement de Tim Hortons qui en a un qui est en train d’ouvrir dans votre cul, monsieur ! », s’est-il exclamé.

© ÉRIC MYRE / JUSTE POUR PRIRE