L’humoriste Louis-José Houde, également un comédien à ses heures, était de retour avec Préfère novembre à l’Olympia.

Ce nouveau spectacle, dont les attentes étaient assez élevées, a prouvé qu’il était dans une catégorie hors norme. Sans aucun entracte, Louis-José Houde a donné ce qu’il sait faire le mieux : raconter de savoureuses anecdotes.

En effet, il a une façon unique de nous faire vivre son quotidien et nous faire rire de bon cœur. C’est devant un public impatient, et n’ayant rien autour de lui, sauf un rideau bleu, un tabouret et une bouteille d’eau pour bien hydrater sa gorge qu’il a commencée.

Dans un style bien à lui, il a abordé en entrée de jeu le fait qu’il venait d’avoir quarante ans pour ensuite nous dire les raisons pour lesquelles il aimait le mois de novembre. Pour lui, c’était synonyme de nostalgie. C’était pourquoi il a fait allusion aux cabines téléphoniques, aux cinéparcs (« mode de vie famille » contre « activité sexuelle ») et ne voulait rien savoir des voitures sans conducteur.

Des sujets plus délicats

Délaissant ses péripéties insolites, l’acteur s’est tourné au cours du spectacle vers des sujets plus sérieux, plus délicats, mais il les a abordés de manière intelligente. Il parlait de racisme, de la mort et d’homosexualité, mais avec tact. « On devrait tous connaître notre date de mort. En le sachant, plus personne n’irait aux meetings de copropriétaires de condos », a-t-il dit.

Le segment « J’ai le feeling que… » où il nous indiquait les réelles intentions de ceux qui nous cassent les oreilles avec le fait qu’ils ne boivent pas, ne conduisent pas ou ne veulent pas d’enfants. Chaque fois, le public se tapait sur les cuisses et riait de bon cœur.

Les mères monoparentales

Le meilleur numéro était celui où il dépeignait le caractère de certaines mères monoparentales. Chaque situation qu’il décrivait semblait possible dans la vie. Il nous les présentait comme des femmes fortes qui savent où elles s’en vont. Je suis certain que plusieurs d’entre elles se sont reconnues dans le sketch.

Finalement, c’est un Louis-José Houde très en forme que nous avons pu voir à l’Olympia de Montréal. Avec Préfère novembre, on a compris facilement qu’il était possible d’offrir des numéros simples, percutants et « punchés ».