L’humoriste Sam Breton faisait sa première médiatique mercredi au Gesù pour présenter Au pic pis à pelle.

Il y a longtemps que j’attendais le premier spectacle solo de Sam Breton, humoriste que j’ai découvert sur les réseaux sociaux et qui a gagné l’Olivier de la « Découverte de l’année ». Si j’avais peur que le Sam Breton du web ne soit pas le même sur les planches, mes craintes ont été rapidement effacées.

En effet, le jeune homme a apporté cette même énergie qu’il déploie sur les médias sociaux. On a adoré son authenticité, sa naïveté et sa fraicheur. Bref, Sam est très attachant. Mais sa plus grande qualité, c’était de savoir bien raconter des histoires plutôt banales. En effet, la façon dont il raconte ses récits nous a fait penser à Michel Barette. Certaines de ses intonations nous ont rappelé Olivier Martineau.

CRÉDIT PHOTO: MÉGANNE BRION

Que ce soit le désir de lui et sa blonde de ne pas avoir d’enfant, qui a fait jaser dans sa famille, de la mort ou de son frère qui semble avoir de la misère à se stationner en parallèle, ces anecdotes sont racontées de manière vivante et sans fla fla. C’est pourquoi le spectateur n’a pas l’air de s’ennuyer et rit à gorge déployée.

Avec Au pic pis à pelle, Sam Breton commence bien l’année 2020 avec un spectacle d’humour qui vaut réellement le détour.