Collaboration spéciale — Comme à chaque venue des Britanniques, les fans québécois ont encore répondu présents à l’appel. Cette nouvelle communion avec le groupe, qui a eu lieu hier au Centre Bell, n’a pas fait exception.

Venue promouvoir The Book Of Souls, la formation anglaise a montré une autre fois qu’elle est maître de la situation et que son talent n’a pas fléchi avec les années. Affichant complet — comme c’est souvent le cas avec Iron Maiden —, le Centre Bell a vu sa scène prendre des allures de l’empire Maya.

C’est la pièce If Eternity Should Fail qui a commencé ce seul spectacle présenté au Québec pour enchaîner avec Speed of Light. Connaissant le public d’Iron Maiden, il n’était pas surprenant de le voir chanter et connaître, pour la plupart, les paroles des chansons.

L’aspect flamboyant n’a pas été évacué comme chaque fois que le groupe anglais nous visite. C’est surtout dans le visuel avec des flammes, par exemple, des feux d’artifices ou des habillements que le groupe a tiré son épingle du jeu et a plongé le public dans une espèce de monde surréel si on veut.

Des classiques à la tonne

Généreux comme toujours, la formation heavy metal a présenté une raclée de succès en pigeant dans The Number of The Beast (Children of DammedHallowed Be Thy Name), Brave New World (Blood Brothers) et Somewhere in Time (Wasted Years). Pour moi, c’était l’ocassion de replonger dans mes années d’adolescence.

Et que dire de la foule qui était surexcitée à chaque morceau de Bruce Dickinson et sa bande. C’était vraiment un beau moment à voir! On pouvait ressentir toute la connexion entre les membres du groupe et son public qui les suit depuis belle lurette. Et c’est toujours la même chose à chaque fois que les Anglais viennent ici.

On salue également la courtoisie du chanteur de s’être exprimé en français pendant le spectacle. Cette attention était la bienvenue, sachant que le Québec est fan de métal. C’était très apprécié. On est ressorti du Centre Bell avec l’impression d’assister à un spectacle magique et rodé au quart de tour! Vivement le retour dans la métropole des rois du heavy metal.