Qu’ont en commun Judy Garland et Michael Jackson, me direz-vous?  Tous les deux ont été des stars du show-business dès leur enfance et ont connu une fin tragique par la dope : Judy en 1969 et Michael, 40 ans plus tard.

En ce moment, le Théâtre Jean-Duceppe présente Judy Garland, la fin d’une étoile. Cette pièce relate les six derniers mois de la chanteuse et comédienne américaine Judy Garland qui a été une vedette adulée en Amérique et en Europe dans les années 40 et 50. On la retrouve en 1968 dans une chambre d’hôtel du Ritz et dans la salle de spectacles The Talk of the Town de Londres où elle doit donner des concerts, afin de redresser ses finances, plutôt à sec.

DUCEPPE_Judy-Garland-1

À cette période de sa vie, elle est vulnérable aux prises avec les drogues et l’alcool mais elle tient coûte que coûte à offrir à son public l’occasion ultime de l’acclamer. Tout comme Michael Jackson, Judy Garland a été une bête de scène.

Au début de la pièce, Judy (Linda Sorgeri) est en pleine forme.  Elle est en compagnie de son futur mari Mike (Éric Robidoux) — un producteur de disques, et de son pianiste Anthony (Roger La Rue). Elle vient d’arrêter de boire et ne prends plus d’antidépresseurs, speed et somnifères.  Son sevrage est difficile et ne dure pas. Encore une fois, sa vie devient un enfer.  « Une star aux pieds d’argile », indique Michel Dumont qui a traduit le texte.

Tout au long de la pièce, les spectateurs sont conviés aux déchirements de la vedette et à ses « up and down », ponctués de onze chansons de son répertoire, dont la célèbre Over the Rainbow.  Elles sont interprétées par Linda Sorgeri qui maîtrise bien sa voix.  La comédienne a d’ailleurs mis plusieurs mois à se préparer puisque c’est un travail colossal qu’elle accomplit.  « Il faut se documenter, puis puiser en soi certaines expériences, certaines émotions qui y sont associées.  Un tel destin… ça crée un personnage très riche », a-t-elle souligné aux journalistes.

DUCEPPE_Judy-Garland-5

Écrit en 2005 par Peter Quilter, le drame musical End of the Rainbow (Judy Garland, la fin d’une étoile a été présenté dans plusieurs villes et a connu un succès international dès le départ. En ce qui me concerne, la mise en scène de Michel Poirier n’est pas venue me chercher. En allant voir cette pièce, je m’attendais à des moments d’émotions intenses parce que le parcours de cette artiste a été chaotique et parsemé de remises en question. Ce qui n’a pas été le cas.

Pour les nostalgiques ou pour les curieux de l’histoire de cette star qui a interprété la jeune Dorothy dans le célèbre film Magicien d’Oz, la pièce Judy Garland : la fin d’une étoile est présentée jusqu’au 16 mai. Il est aussi possible de rencontrer les comédiens et le metteur en scène, le 16 avril de 17 h à 17 h 45 à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme, à la Place des Arts.