Chaque fois que Koriass visite le Club Soda, la salle se remplit dans le temps de le dire. Hier, pour le lancement de Love Suprême, le rappeur n’a pas fait exception.

Entassés, les gens ont scandé le nom de Koriass une bonne demi-heure avant que Brown fasse son entrée pour la première partie du spectacle. On sentait que la foule était impatiente de renouer avec les spectacles énergiques que Korey Hart proposent.

Dès son apparition sur scène, le rappeur originaire de Saint-Eustache a commencé avec les titres figurant sur Love Suprême devant une foule en délire, excitée et compacte. Tellement compacte qu’on avait de la difficulté à se déplacer. Je n’étais pas surpris, car j’avais vécu la même situation lors de son spectacle en compagnie de Loud Lary Ajust (LLA) au Coup de cœur francophone.

Parlant de LLA, la formation est venue faire son tour sur la scène pour chanter Jolies filles (Lary Kidd) et Pardon (Loud), en plus de Sabrina Hald (Groenland) sur la pièce titre, qui ont tous les trois collaboré à Love Suprême. Ils ont insufflé une nouvelle énergie au spectacle, lui permettant de casser un peu le rythme.

Tout au long du spectacle, le rappeur habitant maintenant Québec a misé sur ses succès, comme Supernova, Tséveuxdire et La mort de Manu (Garde ta job), qu’il a choisi d’interpréter en rappel.

Brown en très bonne forme

La première partie était assurée par Brown, projet intergénérationnel qui a en son sein les frères Beaudin-Kerr (Dead Obies, K6A, Jam et P-Dox, Alaclair Ensemble) et le paternel Robin Kerr (Uprising). Leur musique se situe à mi-chemin entre le rock steady, dancehall et le rap fougueux. Le groupe a donné une excellente performance fortement appréciée du public.

Rappelons que Koriass reviendra au Club Soda le 18 juin à l’occasion des FrancoFolies de Montréal.