Cette création de Michel Marc Bouchard nous transporte en décembre 1905. Elle raconte l’histoire de Québec qui reçoit la visite de la célèbre actrice française Sarah Bernhardt.

Celle-ci arrive avec sa fougue, sa passion et sa réputation. Dès lors, le clergé y voit une menace pour le salut de l’âme de leurs fidèles. On demande donc à ceux-ci de boycotter son spectacle. Mais celle qu’on surnomme la “Divine” ne se laissera pas faire : elle réclame la liberté d’expression. Et pour ce faire, elle ajoute durant son interprétation d’Adrienne Lecouvreur une réplique dirigée contre le clergé, défendant ainsi l’art en reniant l’église.

Ce fait réel est aussi un prétexte pour mettre en évidence le pouvoir des hommes de Dieu sur le peuple. Nous y rencontrons deux séminaristes qui sont diamétralement opposés. Michaud (Simon Beaulé-Bulman) issu de la haute société, fils de ministre, a parcouru le monde. C’est un jeune homme naïf, enthousiaste qui ne connaît rien du vécu du peuple. Il est en pâmoison devant la “Divine”. Talbot (Mikhaïl Ahooja), meurtri par la vie, provient de la classe ouvrière. Sa mère (Annick Bergeron) et son très jeune frère (Lévi Doré) travaillent dans une usine de chaussures.

Cette pièce se pare d’humour au début pour nous amener à une histoire dramatique racontant le vécu perturbé de ce jeune Talbot. Le duo Michaud – Talbot est excellent. Il sait nous démontrer les différents sentiments ressentis comme la colère, l’admiration, la joie, la peur, la désinvolture et plus encore. Anne-Marie Cadieux nous livre une Sarah Bernhardt plus grande que nature, qui nous montre son côté excentrique, volontaire et condescendant. D’ailleurs, elle se moque un peu du langage des gens de Québec. La mise en scène de Serge Denoncourt est efficace. Le décor se prête bien au changement de pièces telles que le dortoir, l’usine et la loge.

Petite anecdote prise sur le Web. Après le passage de cette diva, un comité de censure a été formé pour vérifier la teneur des pièces jouées à l’Auditorium, le plus grand théâtre de la ville de Québec. Comme quoi les controverses ne datent pas d’aujourd’hui!

Une pièce à voir pour passer une soirée des plus agréables qui passe très très vite. Elle est en tournée partout au Québec pour quelques représentations encore.

Création : Michel Marc Bouchard
Mise en scène : Serge Denoncourt
Comédiens : Mikhaïl Ahooja, Simon Beaulé-Bulman, Annick Bergeron, Anne -Marie Cadieux, Louise Cardinal, Guillaume Cyr, Lévi Doré, Gérald Gagnon, Marie-Pier Labrecque, Dominique Leduc, David Savard.