L’histoire qu’on nous présente, c’est en fait le cheminement personnel de l’acteur principal, Sacha Samar. C’est donc avec attention qu’on écoute l’histoire de cet Ukrainien qui vit maintenant au Québec, mais qui en a vécu long avant d’en arriver là.

L’histoire commence, on découvre la rencontre des parents du personnage principal. Naît le jeune Sasha qu’on voit grandir sous nos yeux (ou du moins, on se l’imagine). À l’âge de trois ans sa mère l’abandonne, le laissant à son père. De là découle le reste de la vie de Sasha qui tentera de devenir joueur de hockey professionnel ainsi qu’acteur afin de se faire remarquer par sa mère et qu’elle veuille bien de lui à nouveau. L’histoire se corse en raison du contexte historique de l’Ukraine des années 80 et la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

Moi, dans les ruines_Stéphanie Capistran-Lalonde

Sujet intéressant et bien exploité, mon opinion reste tout de même mitigée face à la pièce. Peut-être causé par mon manque de connaissance sur l’URSS et sur les personnages important de cette époque, soit Lenine, Staline et Trotski. C’est pourquoi mon intérêt n’était pas absolu, pourtant la vie de Sacha est impressionnante et vaut la peine d’être contée. De plus que les acteurs donnent une excellente prestation et que les émotions, biens réelles, sont toutes palpables.

Pour un public averti, à vous de vous faire votre propre idée de l’épopée qu’est la vie de Sasha Samar. En supplémentaire le 26 mai à 20h au Théâtre Quat’Sous.