Pour fêter ses dix ans de carrière, la formation Les Trois Accords a présenté à son fidèle public deux concerts en version symphonique. Pendant près de deux heures, le groupe de Drummondville a offert plusieurs surprises de taille et a délaissé leurs instruments l’instant de ses deux prestations. Quel beau cadeau!

C’est au chef d’orchestre Simon Leclerc qu’est revenue la grande tâche de mettre en version symphonique le contenu léger et humoristique des chansons des Drummondvillois. Et franchement, le chef d’orchestre a relevé facilement cette épreuve, car le résultat était magnifique, tellement que nous n’avons pas vu le temps passé. Il faut dire qu’on avait mis la gomme pour impressionner les spectateurs.

La première partie ne mettait pas en vedette Les Trois Accords, mais bien le baryton Patrick Mallette (il est apparu dans La Chauve-Souris, La Veuve joyeuse, La Traviata et Un coin de paradis à Moscou) et la soprano Roseline Lambert (ayant apparu dans La Création d’Haydn et dans La bohème de Puccini).

Ces derniers ont interprété les plus grands succès dans le style opéra dont l’excellente Saskatchewan en russe (oui, oui, vous avez bien lu) ou les surprenantes Hawaïenne chantée en allemand et Dans mon corps chantée en italien pour occasion. Le public a accueilli avec joie ces traductions et ce nouveau “style”, qui en ont sûrement étonné plus d’un! Franchement, c’était très génial et on en aurait redemandé. Chapeau à nos deux chanteurs!

En seconde partie, nous avons eu droit à l’histoire qui se cache derrière l’album J’aime ta grand-mère. Et ce coup-ci, les quatre membres des Trois Accords ont pris part à l’événement en chantant l’intégralité du disque. Sur le coup, nous avons été surpris de ne pas entendre de guitares électriques, mais au final, cela s’est avéré très intéressé. C’était bien de les voir chanter dans un environnement autre qu’on leur connaît. Je ne sais pas si c’est le fait  de chanter avec un orchestre symphonique, mais on avait l’impression que leurs textes étaient plus sérieux.

Une chose est au moins certaine, la synergie entre les musiciens et l’orchestre était palpable et cela était bien rendu au public. Le public a réservé une longue ovations aux artistes. Rappelons que cet événement était le premier de la série OSM POP, qui propose des rencontres musicales audacieuses et même parfois improbables! On a hâte au prochain!