Vous avez déjà vu un film indépendant du genre thriller? Y se passe pas grand-chose au début du film, tu vois juste le personnage agir au ralenti devant toi, et puis, tu te demandes si ça va être le même rythme tout le long. En regardant la pièce Ceci est un meurtre au Théâtre Aux Écuries hier soir, j’ai eu ce sentiment là.

Mais ne vous méprenez pas, j’ai aimé ça. C’était ma première expérience de pièce aussi intime qui demande au public de participer. Comme indiqué plus haut, la pièce commence, et c’est un peu long et malaisant… Le comédien, sur scène, promène sa hache par-ci par-là, il passe l’aspirateur, il écoute la radio… Tout ça sans nous accorder un seul mot. Et bang! Les lumières s’allument et il vient à la rencontre du public pour se choisir quatre victimes qui iront manger du poulet avec lui sur scène.

DSC_8480

Le malaise s’agrandit, car le comédien demande à ses derniers de se couvrir la tête parce qu’il n’aime pas les regards de proche. La salle et, évidemment, les malheureux sur scène s’esclaffent de rire mais pas un rire de bon cœur, oh non, un rire vraiment inconfortable du type : “Voyons donc, c’est quoi qui s’passe?!” Il remercie trois d’entre eux et garde une pauvre fille avec lui. Avec un titre comme Ceci est un meurtre, je peux comprendre et sentir son inconfort dans sa voix; elle a  tout de même joué parfaitement le jeu.

DSC_8562

Je ne vous en dis pas plus, parce que de toute façon, j’imagine que ça ne finit jamais de la même façon, dépendant de l’interprétation libre de la personne invitée sur scène et de ses réactions. Je conseille la pièce Ceci est un meurtre et vous encourage à aller vivre l’expérience comme public averti. Une petite heure de votre vie pour une soirée hors de l’ordinaire. La pièce présentée au Théâtre Aux Écuries jusqu’au 25 avril.