Le Centre Bell accueillait, samedi le 19 mars, deux pointures du indie-rock, soit les Canadiens Metric et les Américains Death Cab For Cutie. Choix idéal de groupes pour passer une agréable soirée.

Après la prestation de Leisure Cruise, Death Cab For Cutie a foulé les planches pour présenter des chansons pigées dans sa discographie dont The Photo Album (2001), Narrow Stairs (2008), Plans (2005) et Kintsugi (2015).

Ce voyage à travers le temps était très sympathique à mes oreilles. J’ai pu me rappeler de bons souvenirs avec les belles mélodies de Crocked TeethThe Ghosts of Beverly DriveYou Are a TouristCath… et le récent single Black Sun.

La foule se réveille enfin

Si le public est demeuré relativement calme pendant les morceaux, c’est à partir d’I Will Possess Your Heart qu’il a décidé de se faire entendre et surtout de sortir de son hibernation. L’apogée s’est fait au moment de Soul Meets Body. Je me suis mis à chanter fort les “ba-da ba-da ba pa” du début au point que ma voisine me regardait avec de drôles de yeux.

Même s’il était quelque peu statique sur scène, le trio de Seattle a mis toute la gomme pour brasser la cage et cela a fonctionné dans son ensemble. C’était une belle fin pour accueillir le plat de résistance : Metric.

Attendus de pied fermé, les Torontois ont livré la marchandise grâce à l’aplomb et le dynamisme de la chanteuse Emily Haines. En effet, cette dernière a eu une présence très magnétique sur scène. Elle a dansé, elle s’est dévoilée entièrement, elle a bougé et elle s’est déhanchée comme si c’était la dernière fois.

Les Ontariens ont fait un survol de leur parcours musical avec Help I’m Alive, Combat BabyYouth Without Youth, SyntheticaBlack Sheep et Breathing Underwater, jouée en rappel.

Choristes coincés

Si la prestation a été réussie dans son ensemble, certains moments dont la présence d’une chorale sur Dreams So Real était moins convaincants. Les choristes semblaient coincés sur la scène et le son était légèrement déficient. Toutefois, ce n’était pas assez pour bouder le reste de la performance.

Finalement, c’est avec le sentiment d’avoir passé de beaux moments que j’ai quitté le Centre Bell. D’excellents souvenirs qui ont bercé ma mémoire et ma jeune vingtaine durant cette soirée.