Il y a très longtemps que je n’avais pas assisté à un spectacle punk. Et la venue d’Anti-Flag aux Foufounes électriques m’a replongé au début de ma vingtaine.

Le quatuor de Pittsburg a montré que, malgré les années qui avancent, il est toujours aussi en forme. Je ne me rappelle pas du dernier spectacle que j’ai vu où il avait autant d’énergie.  C’était démentiel! Les membres ne se sont pas gênés pour prendre toute la place sur la scène et se sont  laissés porter par le rythme.

C’est avec The Press Corpse, un de plus grands succès du groupe, que le spectacle a commencé. Dès les premières secondes, le public était en feu et l’adrénaline était à son maximum. Faut dire qu’entre les prestations, les gens chantaient avec cœur les chansons qui y étaient diffusées.

La formation a pigé dans quelques vieilles pièces comme Fuck Police Brutality, des plus récentes comme Fabled World ou Broken Bones. C’était une bonne idée de nous faire revivre les 20 ans de musique punk du groupe. On a eu aussi droit à deux reprises  : Nazi Punks Fuck Off (Dead Kennedys) et Waiting Room (Fugazi).

La foule en délire

Le public était complètement en délire. Les gens montaient sur le stage et se jetaient directement dans le public. Le genre de truc que je ne ferais pas, car je suis certain qu’on ne me rattraperait pas en tombant. Un jeune homme, qui a poussé l’audace à monter sur scène et y rester pendant une chanson, a chanté dans le micro pendant que le chanteur avait le dos tourné. Le leader de Anti-Flag a resté pas mal surpris de cette invitation impromptue. Ça faisait à la bonne franquette et j’ai adoré.

Comme dans tout bon spectacle de punk, le public a eu droit un mosh pit de l’enfer. Il ne fallait pas se trouver proche si on ne voulait pas manger des coups de pied ou des coups de coude! Car les gens s’y donnaient à fond comme si leur vie en dépendait. En écoutant les chansons de Anti-Flag, j’avais l’impression d’aller à l’essence même de cette musique : tempos ultra rapides, mélodies primales et paroles engagées.

C’est vraiment une chouette soirée à laquelle j’ai assisté et où je me suis rappelé certains pans de ma jeunesse…