En mars dernier, Asking Alexandria mené par Denis Snoff s’était présenté en première partie de Bullet For My Valentine au Métropolis. Huit mois plus tard, la formation britannique était de retour dans la métropole le dimanche 6 novembre. Toutefois, il y avait un changement majeur sur la scène. Hey oui ! C’était le grand retour de Danny Worsnop, grand leader de la formation de 2008 à 2015, aux commandes vocales.

« Danny ! Danny ! Danny ! », s’exclamait la foule avant l’arrivée sur la scène du célèbre et unique Danny Worsnop. On peut affirmer que le chanteur d’Asking Alexandria était attendu avec impatience après que le Métropolis nous ait fait jouer les meilleurs succès … pop des dernières années en prélude à la prestation de la tête d’affiche de la soirée.

On se posait tous une question : est-ce que la chimie opérerait entre Danny Worsnop et le guitariste Ben Bruce ? Eh oui, la complicité était au rendez-vous au grand plaisir des fans qui ont pu redécouvrir le côté charismatique et humoristique des deux musiciens.

Est-ce que le groupe heavy metal allait présenter des chansons de The Black paru en mars dernier ? Sans aucune surprise, Danny ne s’est pas approprié de chansons de l’ère Denis Snoff. Officiellement de retour aux commandes du groupe depuis octobre, Danny a livré les meilleurs succès de Stand Up and Scream, de Reckless & Relentless, et de From Death to Destiny parus entre 2009 et 2013.

Asking Alexndria, pas de tout repos !

Être chanteur de Asking Alexandria n’est pas quelque chose de tout repos, il faut dire que Danny Worsnop le réussit à merveille. Que ce soit par les puissantes The Death of Me, A Prophecy, Not the American Average, The Final Episode (Let’s Change the Channel) ou les  ballades Someone Somewhere et Moving On. La voix du chanteur se démarque autant qu’il est capable de passer d’une voix agressive et enragée à une voix douce et mélodique. De son côté, le public est complètement envouté et il en demande davantage à chaque fois.

En première partie, Born of Osiris a réchauffé la salle avec brio par l’entremise de son deathcore. Musique parfaite pour le crowd surfing et le mosh pit, on a vu la foule enragée plus que jamais lors de la prestation de la formation australienne. Tout juste avant, le public s’est fait très timide lors du passage du groupe electronicore I See Stars. Ce n’était pas que sa musique était mauvaise, c’était plutôt la voix du chanteur Andrew Olivier qui laissait à désirer. En comparaison avec les autres chanteurs de la soirée, son timbre de voix manquait d’agressivité.

Avant notre arrivée au Métropolis, les formations Bad Omens et Upon a Burning Body avaient déjà fait résonner leurs instruments. Tandis que le groupe After the Burial manquait à l’appel en raison d’un problème avec son camion de tournée.

Liste des chansons

  1. Welcome
  2. Dear Insanity
  3. To the Stage
  4. Someone, Somewhere
  5. Run Free
  6. The Death of Me
  7. Moving On
  8. The Road
  9. A Prophecy
  10. Not the American Average

Rappel:

  1. The Final Episode (Let’s Change the Channel)
  2. A Single Moment of Sincerity