Devant une foule endiablée au Club Soda, la formation américaine Black Lips est venue clore avec éclat la quatrième édition du festival Anachronik samedi soir le 7 avril.  

Intense et provocateur sur la scène, le groupe originaire de Atlanta Black Lips a réussi à transformer sa prestation en vraie orgie musicale. Avec sa folie ainsi que sa musique psychédélique rock et garage punk, la formation menée par Cole Alexander – chanteur et guitariste d’accompagnement – a su conquérir rapidement la foule nombreuse prête à faire le party et à lâcher son fou.

Déchéance totale lors de la deuxième partie de la prestation. En délire, les fans s’enchaînaient sur le stage afin de faire du body surfing dans la foule avec plus ou moins de succès au bout du compte. Des rouleaux de papier de toilettes étaient lancés de partout, que ce soit du public, de la scène ainsi que des groupes de la première partie (Les Marinellis et The Hazytones) qui s’étaient entassés aux cotés de la scène.

Mais ce n’est pas tout! Tandis qu’on pouvait arborer un beau shampoing à saveur de bière, certains imbéciles lançaient leurs canettes, à défaut d’avoir un rouleau de papier de toilettes à portée de main. C’était difficile de percevoir si le band aimait toutes ses interactions avec le public et non autour de sa prestation musicale.

En plus d’avoir peu interagi avec leurs fans entre leurs pièces présentées, on a même été témoin de gestes plutôt agressifs de la part des musiciens sur la scène. Il faut dire qu’ils ont bien provoqué leurs fans aux abords de la scène à leur arrivée afin de casser la baraque dès leurs premières chansons.

En conclusion, plus le spectacle avançait, plus la foule devenait imprévisible. Digne d’un party dirty rock, l’ambiance était hallucinante au Club Soda samedi soir!