Collaboration spéciale  – La première soirée du CityFolk d’Ottawa jeudi soir avait de quoi à faire rêver avec son excellent lineup passant de Dropkick Murphys à James Bay. Le festival, qui se déroulait au parc Lansdowne, a fait passer un agréable moment à la foule.

La formation de Boston, Dropkick Murphys, s’est installée sur la scène vers les 18 h. Fidèle à leur habitude, Al Barr et sa gang ont proposé une prestation excessivement énergique, même s’ils ont attendu près de 4 heures à la frontière selon la rumeur. Leur punk-rock celtique résonnait partout sur la scène et la foule s’est fait prendre au jeu en dansant.

Le côté celtique de leur musique est un élément qui a visiblement semé la bonne humeur. Plusieurs succès se sont succédés comme Out Of Your Heads, The Boys are Back et I’m Shipping Up To Boston, chanson utilisée lors des séries éliminatoires de 2008 des Celtics de Boston.

Just What I Need, une reprise des Cars, m’a surpris étant davantage dans la facture de la version originale que leur punk celtique habituel. Et ce n’était pas du tout mauvais pour les oreilles.

James Bay séduit à CityFolk

La vedette anglaise James Bay, qui a sévi dernièrement au CEPSUM, était évidemment le clou de la soirée. Son entrée sur la scène a capté tout de suite le public majoritairement féminin. Il a ouvert avec Collide pour poursuivre avec Craving jusqu’à Let It Go qui a rassemblé la foule.

Évidemment, Hold Back The River a chaviré le cœur des jeunes filles qui criaient sans cesse, et sa reprise de Proud Mary n’était pas piquée des vers. Le Britannique n’a rien laissé au hasard pour CityFolk et a tout fait pour attirer l’attention de son nouveau public.

Le dernier groupe que je voulais entendre était Plants and Animals. J’avais eu vent que la musique du band en live prend un autre sens. En effet, il a une façon de livrer ses chansons pour que s’en dégage une multitude d’émotions. En dépit du son qui en a arraché parfois, la formation montréalaise a colmaté la fuite avec son ambiance très space et très rock en même temps.

James Bay : ©Hélène Dickey/ CEPSUM
Dropkick Murphys : ©Scott Penner