C’est sur la scène Loto-Québec des Voix Populaires du Festivoix de Trois-Rivières, le samedi 25 Juin 2016, que les Cowboys Fringants se sont présentés, pimpants comme à leur habitude. Habitués du festival, ils réussissent année après année à attirer des milliers de spectateurs. Cette année, toutefois, il semblerait que les Cowboys aient fracassé un record d’assistance, selon les organisateurs. «Une des foules les plus importantes de l’histoire du Festivoix», peut-on lire sur le site du festival en question.

C’est à 21 h 50 que Jean Lamarche, président du Festivoix, a introduit le groupe. Les membres habituels, mis à part Jérôme Dupras (bassiste), absent pour cause de naissance de son deuxième fils, ainsi que le reste de leurs musiciens, ont enchaîné les succès les uns après les autres. On a pu entendre Bye bye Lou et La manifestation en ouverture, suivis de Heavy métal, La reine, 8 secondes et bien sûr En berne, puis Le shack à Hector (Oui monsieur!!!). Ils ont aussi offert Pizza galaxie, chanson tirée de leur plus récent album sorti en 2015, intitulé Octobre.

Il faisait chaud, il faisait beau, il y avait du «monde à messe»! Entassés sur le site, les fiers Québécois chantaient à cœur joie, une bière à la main, le sourire en coin, sur le bord du fleuve Saint-Laurent, «joyau de l’Amérique». Karl Tremblay, le chanteur, a d’ailleurs mentionné qu’il s’agissait d’un honneur de venir fêter la fin de semaine de la St-Jean sur le bord de l’eau. Il a invité Dumas, qui les avait précédé sur la même scène, à venir prendre une petite frette avec eux.





De génération en génération

Plusieurs familles étaient présentes, les parents ayant sans doute déjà fredonné un des classiques des Cowboys durant une de leurs rides de char. Des classiques qui se transmettent de génération en génération et qui, à mon sens, ne se démodent pas. Sans oublier les solos de violon de Marie-Annick Lépine; ô combien impressionnants pour les petits et les grands.

Généreux et visiblement très heureux, Les Cowboys Fringants ont été présents sur le stage pendant environ deux heures. Il s’agit, selon moi, du spectacle estival à ne pas manquer. Entendre la foule chanter Toune d’automne et voir les lumières des téléphones intelligents allumés par centaines et centaines pendant Les étoiles filantes, c’était beau. Un rappel de plusieurs autres chansons (notamment Octobre) a conclu cette mémorable soirée. Ils ont certainement réussi à « faire sauter le plafond de la ville de Trois-Rivières. »

Crédit photo : Archives