C’est dans la joie et l’allégresse que s’est déroulée la finale des Francouvertes qui ont eu lieu au Club Soda. La Famille Ouellette, Mon Doux Saigneur et Caltâr-Bateau se sont livrés une chaude lutte pour savoir qui remporterait le grand prix.

Avant d’entendre les trois formations, les organisateurs ont eu la brillante idée d’inviter Koriass ainsi que Vincent Peake de Groovy Aardvark. Les deux musiciens ont offert Zombies, Y’a tu Quelqu’un? et Tséveuxdire. Bien que leur univers soit éloigné, il y a avait une certaine énergie entre eux.

Caltâr-Bateau

La premier band de la soirée, Caltâr-Bateau, s’est bien démené avec son rock-blues accrocheur et la voix de la chanteuse Alex Guimond, qui vient nous chercher. Le groupe nous a fait bien rire, même lors de son erreur technique. Et je crois que l’humour est vraiment la recette gagnante. J’ai bien aimé Hey lumière. Elle a un petit je-ne-sais-quoi difficile à décrire.

La Famille Ouellette

Probablement la formation qui m’a le plus séduit lors de la soirée. Habillés un peu comme la célèbre famille Slomeau, les membres ont présenté des compositions allant du pop, au rock en passant par l’électro. Comme Caltâr-Bateau, le sextuor a utilisé son arme favorite : l’humour.

Il faut dire que les propos rigolos cadraient bien avec les mélodies simples mais efficaces. Le groupe a poussé l’audace jusqu’à offrir de la limonade. Finalement, une boisson à son image : sucrée et rafraîchissante.

Mon Doux Saigneur

Le dernier groupe à performer sur les planches a laissé sa marque, mais d’une manière moins concluante. Quand on entend Emerick St-Cyr, c’est évident qu’il est fait pour la scène. Comme les autres musiciens d’ailleurs. Par contre, les pépins techniques – longs moments pour accorder sa guitare par exemple –  n’ont pas joué en la faveur du groupe. Tellement, qu’à certaines occasions, l’attention du public était détournée et il était difficile de la ramener. Sa musique folk est toutefois l’élément essentiel qui a fort heureusement ravi mes oreilles.

Bref, une belle soirée de découvertes ! On a bien hâte de voir ce que l’avenir leur réserve et où les bands seront dans cinq ans!