Fidèle à ses habitudes, après avoir lancé son nouvel album en septembre, le groupe folk The Lumineers était de passage au Centre Bell vendredi soir. À l’occasion de leur plus récente tournée, III : The World Tour, Wesley Schultz et Jeremiah Fraites ont offert un concert prévisible, mais satisfaisant.

En début de soirée, ce sont Mt. Joy et J.S. Ondara qui ont foulé les planches en premier, accueillant les spectateurs au son de leur musique rock. Puis, sur le coup de 21 h, les paroles de Gimme Shelter (The Rolling Stones) se sont fait voir et entendre dans la salle, faisant languir le public.

Rapidement, lorsque celles-ci se sont arrêtées, les voix se sont élevées afin de souhaiter la bienvenue au groupe. C’est sur une scène de forme pentagonale traversant le parterre que les membres du groupe ont entamé leur populaire Sleep On The Floor.

Dès le début du spectacle, The Lumineers nous invite dans son univers bien représentatif de la structure de ce troisième album (il contient trois chapitres, de trois chansons chaque, ainsi que trois chansons « bonus »). En effet, trois écrans géométriques sont au cœur du fond de la scène, alors que trois autres écrans — deux rectangulaires et un circulaire — couvrent le fond de la scène. Ce n’est qu’au milieu du spectacle que l’on découvrira en fait que, derrière les grands rideaux rappelant le théâtre, se cachaient les deux écrans rectangulaires.

Sur ceux-ci ont défilé, tout au long de leur performance, les différents personnages ayant inspiré les chansons de l’album. Gloria, Donna et Jimmy Sparks en font partie et leur chanson éponyme raconte une partie de leur histoire. D’un côté, il était intéressant de voir les personnages dans divers contextes, mais de l’autre, notre attention était facilement détournée de la formation musicale vu l’action présentée sur les écrans géants.

Accordéon, contrebasse, violon, pianos et guitares — pour ne nommer que ceux-là — : tous les instruments donnant au groupe son identité musicale distincte étaient présents et joués à la perfection. Le défi avec une scène à même le parterre d’une salle est définitivement celui d’offrir une même présence à tous les spectateurs. Schultz et sa bande l’ont relevé avec brio, alternant les endroits où ils s’installaient pour chaque chanson plutôt que de rester statiques. Certains adeptes ont d’ailleurs vécu un quinze secondes de bonheur lorsque le chanteur, bien connu pour sa longue tignasse, son chapeau et sa voix unique, s’est offert une balade dans la foule durant Angela.

S’ils ont joué presque entièrement leur dernier album paru, les autres titres présentés vendredi soir n’avaient rien de surprenant. Durant deux heures, The Lumineers a enchaîné ses pièces à succès, évidemment, mais aussi, la même reprise de Bob Dylan qu’ils font depuis quelques années (Subterranean Homesick Blues).

The Lumineers ( Crédit : Kim Valiquette / ARP.MÉDIA)

À quelques reprises, la foule a pris part à une immense chorale alliant sa voix à celles de Wesley Schultz et de ses partenaires. Bien évidemment, c’est la maintenant bien célèbre Ho Hey qui fût la plus rassembleuse en début de spectacle, mais c’est lors d’une puissante note dans Cleopatra que le Centre Bell s’est enflammé et a vibré sous un tonnerre d’applaudissements. Peu après, c’est Big Parade qui a suscité une réaction semblable à deux reprises, alors que les musiciens se sont immobilisés durant de longues secondes, avant de reprendre leur performance.

Somme toute, le public était heureux de les accueillir à nouveau dans la province. En effet, The Lumineers en était à son quatrième passage au Québec un peu moins de quatre ans. Ils étaient d’ailleurs la tête d’affiche de la soirée d’ouverture du festival Osheaga l’été dernier.

Encore une fois, rien de surprenant lorsque l’on consulte les listes de chansons de leurs dernières performances ici : ils ciblent les mêmes pièces et optent pour les mêmes titres en début et fin de spectacle. Bien que cela donne lieu à des soirées réconfortantes et joyeuses et bien qu’ils soient très talentueux, on ne dirait pas non à un petit vent de fraicheur la prochaine fois !

Si l’on en croit leurs habitudes, le groupe aux allures lumineuses — mais qui a laissé sa créativité plonger vers des œuvres cette fois plus sombres — devrait être de retour d’ici deux ans. D’ici là, ils poursuivent leur route sur le territoire nord-américain jusqu’en septembre 2020.

The Lumineers ( Crédit : Kim Valiquette / ARP.MÉDIA)

Liste de chansons :

  • Sleep On The Floor
  • Life In The City
  • Flowers In Your Hair
  • Dead Sea
  • Gun Song
  • Subterranean Homesick Blues (reprise de Bob Dylan)
  • Ho Hey
  • It Wasn’t Easy To Be Happy For You
  • Slow It Down
  • Angela
  • Gloria
  • Jimmy Sparks
  • Gale Song
  • My Cell
  • Left For Denver
  • Leader Of The Landslide
  • Cleopatra
  • Democracy (reprise de Leonard Cohen)
  • Big Parade

Rappel :

  • Donna
  • Ophelia
  • April
  • Salt And The Sea
  • Stubborn Love