Jean-Pierre Ferland aime les femmes et tente en toutes occasions de les séduire. Avec cette production, il confirme qu’il peut le faire.

Il se présente au Centre Vidéotron avec une panoplie de jolies dames, Julie-Anne Saumur, sa conjointe depuis plusieurs années, Melissa Bédard, sa choriste sur différents spectacles, Diane Tell, Isabelle Boulay, Laurence Jalbert, Florence K, Nanette Workman et Luce Default, qui sont déjà connues pour leur carrière respective.

Il nous permet ainsi d’apprécier son dernier album Toutes les femmes de ma vie et de reprendre les plus belles chansons dédiées aux femmes et écrites tout au long de sa vie artistique. La représentation commence par un medley de ses chansons les plus populaires entamé par les musiciens. Les instruments à cordes et les cuivres donnent une belle intensité aux chansons qui suivront.

Jean-Pierre Ferland arrive sur scène avec beaucoup d’aplomb, devant un public ravi de le voir. Comme il le mentionne, il est accompagné de neuf belles femmes. Il entame seul Le petit roi. Il est en forme et en voix. Puis apparaît Florence K s’accompagnant au piano pour lui donner la réplique dans Les courtisanes, chanson qu’il a peu chantée en spectacle. Par la suite, Yama Laurent le rejoint pour continuer la série de duos avec la chanson Le show-business. Quelle belle voix cette découverte de La Voix 6.

Puis défilent Laurence Jalbert avec Avant de m’assagir, Julie-Anne Saumur qui le rejoint à la fin de la chanson solo T’es belle pour quelques pas de danse. Moment émouvant. Puis, ils interprètent Quand on se donne. Nanette Workman arrive pour un Sing Sing endiablé. Melissa Bédard de Star Académie 2012 possède une voix puissante qu’elle met en valeur dans Que veux-tu que je te dise.

Diane Tell l’accompagne sur T’es mon amour, t’es ma maîtresse qui se poursuit avec Si j’étais une homme, une version masculinisée par Jean-Pierre Ferland. On y a vu des moments incertains dans la présentation. Luce Default nous permet d’apprécier sa voix sur Les immortelles. Isabelle Boulay s’y donne à fond sur Qu’est-ce que ça peut bien faire. La plupart de ces chanteuses ont la chance d’accompagner ce charmeur une deuxième fois. Il se permet d’insérer quelques anecdotes durant le spectacle.

Tout au long de celui-ci, on sent la fatigue le gagner (quelques oublis, quelques reprises de chansons), mais le public lui pardonne. Il ne faut pas oublier que ce charmant monsieur aura bientôt 85 ans. En rappel, on a droit à ses deux plus belles chansons, à mon avis bien sûr, soit Une chance qu’on ça et Un peu plus haut, un peu plus loin, celle-ci se terminant en la présence de toutes les chanteuses de la soirée. Une soirée souvenir des plus belles chansons de ce grand amoureux des femmes.

Il faut souligner en première partie la participation de Geneviève Leclerc de La Voix 2016. Quelle voix, quelle interprétation. Les chansons Je ne t’aime plus et Je suis malade sont à donner des frissons. Un immense plaisir pour les oreilles. J’ai bien aimé aussi J’attendrai interprétée de façon jazzée ; belle initiative.