C’est mercredi soir au Artgang Plaza que Claude Bégin a lancé son album Bleu nuit, un deuxième album en carrière. C’est devant une foule jeune et endiablée ornée de néons au cou et aux bras que l’artiste nous a offert 7 extraits de son nouvel opus.

Il a commencé sa soirée pop avec la pièce Philarmonuit, puis Tu m’invites. Le public était alors déjà conquis et dansait sur la musique enivrante de celui qui contribue et se tient derrière le succès de Karim Ouellet.

Son dernier vidéoclip, Ma voiture volante, a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme dans les dernières semaines et la chanson avec énormément d’applaudissements hier soir dans la chaleureuse salle du Artgang.

L’atmosphère était à la fête et l’ambiance feutrée de l’endroit mélangée aux photos sulfureuses du chanteur sur les murs laissait place à l’abandon et à la chaleur !

En effet, le sexyness était à l’honneur hier soir à Montréal. Clodelle, la compagne de l’artiste, est venue chanter quelques chansons à ses côtés où ils ne se sont pas empêchés de démontrer leur amour en public : baisers langoureux et étreintes amoureuses, le couple s’est « aimé » sans retenue.

C’est d’ailleurs ce thème qui teinte le nouvel album de Claude Bégin. Le son pop des chansons de l’artiste combiné à son talent indéniable crée un album réussi, éclaté et très intéressant.

Celui qui s’éclate dans sa musique le fait aussi dans son style vestimentaire qui n’a pas laissé indifférents les gens présents lors du lancement. Claude Bégin est reconnu pour avoir son style, un genre éclaté, edgy et hors du commun.

C’est grâce à cette folie qu’il réussit à nous entraîner dans son univers parfois très kitsch, comme on l’aime ! Ce qui le rend séduisant comme interprète est sans contredit son assurance et son ton assumé.

C’est avec cette confiance qu’hier soir nous avons aussi pu entendre Bleu nuit, suivi de On s’envole encore, Sans téléphone et finalement Méchants mammifères. Finalement, ce fut une soirée mémorable et réussie !

Nous avons même pu y faire notre marque puisqu’un photobooth était installé à l’entrée du Artgang pour y immortaliser le moment.

Vous pouvez découvrir les notes et la folie de Claude Bégin sur son site web officiel : www.claudebegin.com