En 1991, 218 spectateurs ont assisté au tout premier Show du Refuge. 25 ans ont passé et 33 981 spectateurs plus tard, le célèbre porte-parole de l’événement Dan Bigras invite le public à son grand événement annuel qui aura lieu le jeudi 24 novembre prochain sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier.

Le célèbre interprète de Tue-Moi sera entouré d’une belle équipe de vétérans accomplis et de talentueux musiciens. Pour l’occasion, Élizabeth Blouin-Brathwaite, Charlotte Cardin, Travis Cormier, Luce Dufault, Gabriella, Marc Hervieux, Lulu Hughes, Éric Lapointe, Breen Leboeuf, Yann Perreau et QW4RTZ partageront la scène.

Lors du dévoilement de la programmation du Show du Refuge, nous avons réalisé des entrevues avec Travis Cormier ainsi que deux membres de la talentueuse formation QW4RTZ.

Travis Cormier : « Je trouve que c’est très important de donner aux jeunes. Moi, j’ai été chanceux dans la vie, j’ai eu beaucoup de chances incroyables, mais j’ai aussi eu beaucoup d’aide des gens. Sans cet appui, je ne serai pas où je suis aujourd’hui. En tant qu’artiste, c’est une responsabilité qu’on a et c’est aussi la raison pour laquelle on fait ce qu’on fait. En plus de la passion et de l’amour pour la musique, on désire donner un coup de main aux gens et les aider. C’est très inspirant de voir de grands artistes comme Dan Bigras donner un coup de pouce aux jeunes. Je trouve que tous les artistes devraient faire comme lui ».

« Quand j’ai vécu à Los Angeles, j’ai vu beaucoup de pauvreté. J’ai rencontré des gens là-bas qui avaient tellement de rêves. Afin d’aspirer devenir chanteur ou acteur, ils ont déménagé dans la cité des anges. Toutefois, ce fut beaucoup plus difficile pour eux. Comparativement à ces jeunes, j’ai eu la vie facile », explique celui qui s’est fait encourager de participer au Show du Refuge par son mentor Éric Lapointe.

QW4RTZ : « En tant qu’artiste, on présente des conférences dans les écoles du Québec, de l’Ontario et des Maritimes. On s’adresse aux jeunes pour leur parler de persévérance scolaire afin de les accrocher à l’école. On pense souvent que ce qu’on fait, c’est la branche de la psychologie humanisme. Tandis que Dan, c’est plutôt la thanatologie. Il va ramasser des jeunes en situation d’urgence qui sont dans le besoin et ça nous touche énormément. On n’a pas la prétention de changer le monde, mais si on peut éviter à certaines personnes de se ramasser dans la rue, on en est heureux. Ceux qui réussissent à passer à travers les mailles du filet, Dan est là pour les ramasser. En participant au Show du Refuge, on fait un show par année, on a donné notre talent et c’est fini. Tandis que Dan, c’est à l’année longue qu’il fait ce travail. Alors quand il s’adresse à toi et qu’il te demande qu’il aimerait ça que tu lui donnes un coup de main pour faire de cet événement quelque chose de marquant, c’est sûr que tu dis oui ».

« On a eu la chance d’être élevé dans la ouate. Toutefois, on connait des gens qui ont vécu la pauvreté. On a pu la toucher, la voir et comprendre que ce n’est pas souvent la faute de la personne qui se retrouve là-dedans – tels que la maladie mentale et le manque de soutien. De notre côté, on n’a pas du tout souffert de pauvreté et c’est une des raisons pour laquelle on se doit d’essayer de faire un changement ».

Crédit photo : Frédéric Lebeuf