Le vendredi 23 novembre, Danny Worsnop devait se produire au Petit Campus. Toutefois, le leader d’Asking Alexandria a eu des problèmes de visa et il a dû annuler son spectacle à la dernière minute. Après avoir fait des arrêts à Toronto et à Québec, il s’est finalement pointé avec sa guitare sur la scène du Piranha Bar trois jours plus tard.

Pour commencer sa prestation, Danny Worsnop a proposé deux extraits de sa carrière solo, soit High et I Got Bones. Évidemment, il se devait de jouer des succès d’Asking Alexandria afin de soulever l’intérêt du public. Dès que le chanteur entamait une chanson de son band, les cellulaires sortaient des poches et les gens chantaient la mélodie. Au fil de la soirée, il en aura partagé trois au public (Moving on, Alone in a Room et Into the Fire).

Quand un artiste propose une tournée acoustique en solo, il faut s’attendre à une soirée très intimiste. En plus de se retrouver à quelques pouces de lui, les fans ont pu découvrir la personnalité de la vie du leader d’Asking Alexandria. Entre les chansons, Danny racontait des anecdotes sur sa vie. Par exemple, il disait qu’il a déjà eu une passe difficile, qu’il se questionnait beaucoup et qu’il a même voulu arrêter la musique. Toutefois, c’était juste un signe pour lui qu’il devait faire autre chose. Pour lui de jouer dans des petites salles, c’est ce qu’il préfère. Il avoue avoir eu des moments down, mais qu’il regarde le positif maintenant.

En plus de raconter des anecdotes émouvantes, le chanteur a fait rire son public. Bref, une soirée remplie de bonheur pour ceux qui le connaissaient bien et qui désiraient en savoir plus sur les côtés positifs et négatifs de la vie de rockstar.

On a eu droit à une « primeur », le Britannique de 28 ans a interprété une nouvelle composition Little Did it Know qui sortira le 5 décembre prochain. Dans le dernier droit de la soirée, il a interprété son récent extrait de sa carrière solo intitulé Angels. Durant son interprétation, il a appelé sa fiancée.

Malheureusement, ce fut tout un défi de se concentrer sur le show. J’ai rarement vu un spectacle avec autant de gens qui discutaient autour de moi. Toutefois, je n’ai rien à reprocher aux véritables fans qui essayaient d’écouter religieusement le concert.

Quand un spectacle ne t’intéresse pas, le minimum de complaisance est de se taire et de sortir son cellulaire pour occuper son temps… surtout quand tu es déjà toi-même un artiste et que ça doit t’importuner quand cette situation arrive ou que tu es un membre du personnel qui désire augmenter son pourboire ainsi que la fréquentation de son bar. Voilà, c’est dit !

*Collaboration spéciale de Myriam Schambier