Afin de souligner l’arrivée de l’automne et la réouverture du MTELUS, Les Francos de Montréal ont invité Marie-Mai à trois soirées acoustiques inédites, comme nous ne l’avons jamais vu.

Des procédures en place pour s’assurer d’une logistique de désinfection et de distanciation, une salle minimaliste et épurée avec 86 places seulement au parterre et 164 autres places réparties dans l’ensemble de la salle. La première vue que nous avions était la scène éclairée de plus d’une cinquantaine de petites lumières suspendues lors de l’entrée attendue de l’artiste qui se dirige vers le centre de la scène pour une durée de 90 minutes. Nous sommes loin des écrans et de la technologie utilisée par exemple dans sa tournée Elle et moi.

Au total, c’est 750 spectateurs, soit 250 fans par prestation, qui étaient présents du 25 au 27 septembre au MTELUS. Trois soirées en toute intimité qui ont su éblouir en douceur. Marie-Mai chante un répertoire de ses chansons qui lui sont encore aujourd’hui significatives et importantes. « Ce soir, je vous présente mon histoire comme vous ne l’avez sûrement jamais entendue. Et je me suis dit que tant qu’à ne pas pouvoir danser, on va aller plus en profondeur… Laissons parler notre cœur… », a-t-elle mentionné dans son message d’entrée sur scène.

Avec une expérience et une réalité tout aussi différente que nous connaissions il n’y a pas si longtemps, la COVID-19 nous a permis de revoir nos façons de faire et de festoyer. L’expérience qu’il a été possible de vivre au MTELUS a été l’une des plus belles soirées qu’il était possible de vivre depuis les 6 derniers mois. Sans attente particulière, nous pouvions être comblés simplement avec le retour de l’artiste et sa performance vocale mise en valeur avec une touche de douceur, de créativité et de liberté à la fois.

Crédit photo : Frédérique Ménard-Aubin/ Les Francos

Marie-Mai de l’autre côté du miroir

Avec le nombre de places limitées, Marie-Mai a su nous présenter son répertoire de ses albums Inoxydable à Elle et moi avec légèreté, un brin de réconfort et un si grand naturel. Il était possible de constater une liberté et un ralentissement du temps, par exemple, sur Emmène-moi, Mentir et C’est moi, où nous vivions le moment présent. La force des mots était bien présente. L’artiste a profité de l’occasion pour rappeler l’importance de réfléchir et de choisir les bons mots, afin de se respecter entre nous avant d’interpréter Si les mots.

Par moments, nous pouvions ressentir l’engouement de Marie-Mai à vouloir bouger comme à son habitude. Le côté acoustique a permis de profiter davantage des prouesses qu’elle peut entreprendre autrement avec sa voix. Tous assis dans la salle, les privilégiés ont pu chanter avec cœur en unissons.

Marie-Pierre Bellefeuille et son piano à queue — que nous n’avons jamais vue autre que sur son clavier lors des prestations de Marie-Mai —, Jean-Alexandre Beaudoin et ses guitares (acoustiques et électriques) qui avaient énormément de plaisir sur scène, ainsi que Liu Kong Ha et ses percussions ont su offrir une expérience sonore et soutenue tout aussi différente qu’à l’habitude à la voix de notre artiste.

Crédit photo : Frédérique Ménard-Aubin/ Les Francos

Pour terminer la soirée, Marie-Mai nous a présenté sa chanson L’arbre géant qu’elle a écrite pour sa grand-mère maternelle, Jeannine Provençal, à l’occasion de son anniversaire il y a 10 ans. Avec la situation actuelle que nous vivons depuis mars 2020, l’auteure-compositrice-interprète a eu envie de ressortir cette pièce de sa boîte à souvenirs pendant le confinement de la COVID-19 et de la dédier aussi à tous nos aînés.

L’adrénaline que nous avions l’habitude de vivre lors de spectacles est aujourd’hui différente. L’expérience acoustique et intime vécue au MTELUS mérite de rayonner davantage auprès de nos spectacles futurs. C’est une expérience à vivre au moins une fois dans notre vie ! Souhaitons revoir cette formule très bientôt et mettre en lumière et en toute simplicité la voix de nos artistes de chez nous et d’ailleurs.

LISTE DES CHANSONS

Élever

Conscience

Emmène-moi

Je décolle

Laissez-moi dormir

Un pied dans la porte

La fin

Sans cri ni haine

Mentir

C’est moi

Si les mots

Différents

Je cours

Rien à perdre

Exister

Ton histoire

L’arbre géant

RAPPEL ET SANS INSTRUMENT

Encore une nuit

Photo par Frédérique Ménard-Aubin/ Les Francos