Mardi 7 juin, la programmation complète de la 37e édition du Festival International de Jazz de Montréal a été dévoilée au grand plaisir des amateurs de musique jazz.

Voici les réactions de la bête de scène France D’amour ainsi que de la jeune formation Call Me Wayne. En prime, les incontournables et les coups de cœurs du vice-président à la programmation et de la production, Laurent Saulnier.

France D’amour (Scène Rio Tinto le 2 juillet à 20 h et 22 h)

« Je te dirais que la petite fille de Mont-Rolland est très impressionnée, heureuse et intimidée de jouer pour la première fois de sa vie dans un des plus grands festivals de jazz au monde.

Quand j’étudiais en musique de jazz, je venais voir des shows lors du Festival International de Jazz. Je regardais les artistes dans toute leur grandeur et leur splendeur. Je n’aurais jamais pensé un jour avoir cette qualité de musicien avec moi. Bref, je pensais que c’était inatteignable. Mais quand tu travailles fort et que tu pratique beaucoup, tu peux y parvenir. J’arrive avec un band solide et je présente de la musique originale jazz. J’en suis très contente et fière ».

Call Me Wayne (Place Heineken le 9 juillet à 17 h et 19 h)

Julie Hamelin : « Je suis vraiment comblée d’être au Festival International de Jazz de Montréal. C’est vraiment un bel événement et je suis contente que finalement les gens vont pouvoir enfin découvrir mon projet Call Me Wayne. On reprend des chansons pop, on les détruit complètement et ensuite on les vire en swing. Entre autres, on reprend des succès de Blur, The Offspring, Peter Gabriel, The Weeknd, The Police, Madonna et Michael Jackson. Bref, on a sélectionné de gros succès en plus de chansons qui nous tiennent à cœur! »

Les incontournables de Laurent Saulnier

Sharon Jones & the Dap-Kings (Scène TD le 29 juin à 21 h 30)

« A-t-elle besoin de présentation ? »

Jamie Cullum (Scène TD le 4 juillet à 21 h 30)

« Avec la présence de Jamie Cullum dans notre programmation, on va montrer à un très grand public que le jazz peut être spectaculaire. C’est un jazzman d’Angleterre qui va en mettre plein la vue aux spectateurs ».

West Trainz (Scène TD le 9 juillet à 21 h 30)

« Ça va être un vrai spectacle multimédia avec des projections autour du monde ferroviaire. En plus, il y aura plusieurs invités spéciaux. Bref, ça sera un beau spectacle ».  

Les coups de cœur de Laurent Saulnier

Abakos (Scène Turkish Airlines CBC/Radio Canada le 6 juillet à 22 h)

« C’est un nouveau projet qui réunit Ngabonziza Kiroko et Pierre Kwenders. Il n’y a aucun matériel audio disponible. Le duo est actuellement en train de travailler sur ses compositions. J’ai entendu les maquettes des chansons, et ça m’a beaucoup beaucoup beaucoup plu. Je suis content que sa première prestation à Montréal soit lors de notre festival ».

The Brooks (Métropolis – Gratuit – le 8 juillet à 20 h 30)

« C’est probablement une des formations montréalaises les plus sous-estimées. Cette année, on lui a demandé de faire un hommage à Prince. Grand admirateur de la musique du regretté chanteur, le groupe a sauté sur l’occasion afin de lui rendre hommage en compagnie de chanteurs invités. Ça va être que des hits du roi de la soul durant deux heures ! »

Eagle Rock Gospel Singers (Place Heineken – le 30 juin à 17h et 20h et le 31 juillet à 20 h et 22 h)

« La première fois qu’on a entendu sa musique, on était su’l’cul. C’est-à-dire que même s’il a le mot gospel dans le nom du groupe, cela ne se limite vraiment pas à ça. C’est un parfait mélange d’indie et de gospel. En plus, ces gars-là savent composer des hits! ».

Crédit photo : Benoît Rousseau/FIJM