Le dimanche 30 octobre, c’était le grand party de la musique québécoise avec la présentation de la 38e édition du gala de l’ADISQ. En regardant attentivement les nominations, on a constaté que c’était plutôt une grosse fête pour hommes.

Si on exclut les catégories d’interprètes de l’année, on retrouve moins de 25% de femmes en nomination dans les différentes catégories présentées durant la soirée !

À l’exception de Marie-Mai (Interprète féminine de l’année), Les Sœurs Boulay (Album folk) et Safia Nolin (Révélation) ont été les trois seules femmes a avoir soulevé un Félix. Qu’est-ce que nos différents vainqueurs de la soirée ont pensé de la place destinée aux femmes lors de ce prestigieux gala ?

Voici nos entrevues réalisées lors de cette soirée qui passera certes à l’histoire, entre autres, grâce au prix honorifique décerné à René Angelil et à la présence de Céline Dion.

Les sœurs BoulayFélix de l’album de l’année – Folk

“On avait remarqué, avant de se faire poser la question, qu’y avait beaucoup moins de filles que de gars qui étaient en nomination cette année. Et c’est pas mal toujours comme ça, si ma mémoire est bonne. Pourtant, les filles d’aujourd’hui en musique au Québec shinent beaucoup beaucoup. Ingrid St-Pierre, Laurence Nerbonne, Rosie Valland, Salomé Leclerc, Lisa Leblanc, La Bronze, Ariane Brunet, Catherine Durand, Safia Nolin, Marie-Pierre Arthur, Isabelle Boulay, Marie-Mai, Les Hay Babies, Fanny Bloom, Amylie, Brigitte Boisjoli, Sarah Bourdon, Chantal Archambault, Coeur de Pirate, Chloé Lacasse, Klô Pelgag, Sarah Toussaint-Léveillé, j’en passe, j’en passe.

Je sais pas pourquoi c’est comme ça. Je sais par contre que les choses sont encore loin d’être gagnées, rapport au féminisme en général. J’irais même jusqu’à dire que c’est peut-être ancré tellement profondément, même dans moi et dans toi et dans nous, que les femmes ont peut-être encore de la misère à se faire prendre au sérieux à talent égal avec les hommes.

Pour l’ADISQ, parlons, par exemple, du prestigieux prix auteur-compositeur de l’année, mon préféré. Depuis des lunes (1993, avec Francine Raymond), aucune fille a gagné dans cette catégorie. Y’a même certaines années où y’a eu aucune fille en nomination. Les autres, c’est une, deux tout au plus. Vraiment? Avec les Mara Tremblay, les Diane Dufresne, les Lhasa de Sela, les Ariane Moffatt, Louise Forestier, Jorane, Diane Tell, Marie-Jo Thério de l’histoire du Québec? Oui.

Et par rapport à l’apparence, par ailleurs, c’est encore pire, le faux scandale Safia Nolin en est le meilleur exemple cette année. Le double standard est partout.  Merci d’en parler parce qu’y reste encore beaucoup de travail de fond à faire.”

2FrèresFélix de l’album – Pop & Groupe ou duo de l’année

« Je trouve ça le fun que Les sœurs Boulay aient gagné un prix et que Safia Nolin ait gagné Révélation de l’année. Je pense que les femmes qui sont sélectionnées, du moins, occupent une belle place et elles ont gagné de beaux prix. C’est certain qu’on ne partira pas un débat égalité hommes-femmes dans le show-business, il y a certainement du chemin à faire. Mais de donner le prix Révélation de l’année à Safia Nolin, ça le démontre et c’est une artiste qu’on respecte beaucoup ».

Fred FortinFélix de l’album de l’année – Rock

« J’ai tellement d’idoles féminines dans la musique. Quand c’est précieux, ça les rend encore meilleures. Je pense qu’il y a de la place encore pour elles. Les 11 nominations, je suis sûr que c’est la crème de la crème ».

Safia NolinRévélation de l’année

« Je trouve ça fucking poche. C’est un problème de la société, ce n’est pas un problème de l’ADISQ. Toutefois, c’est important de le souligner qu’il y avait seulement 11 femmes en nomination. Le Félix de l’auteur-compositeur-interprète de l’année a été gagné deux fois par des filles en 38 ans. Deux fois en 38 ans! C’est fucking dark ! »

Amélie LarocqueAuteure de la chanson de l’année (Ton Départ de Marc Dupré)

« Il y a effectivement un travail important à faire. Ce n’est pas seulement une réalité qui se présente dans l’industrie de la musique. La place qu’occupent les femmes dans le monde est encore tellement loin de ce que je souhaiterais et de ce qu’on mérite. Il y a tellement de talent, de visions, de force et d’originalité dans les femmes qui m’entourent. Il y a un bassin d’artistes féminines exceptionnelles qui doivent être mises en lumière ».

La liste des récipiendaires d’un Félix lors du gala :

Album de l’année – Folk : Les Sœurs Boulay (4488 de l’Amour)

Album de l’année – Pop : 2Frères (Nous Autres)

Album de l’année – Rock : Les Cowboys Fringants (Octobre)

Auteur ou compositeur de l’année : Fred Fortin (Ultramarr)

Révélation de l’année : Safia Nolin

Chanson de l’année : Marc Dupré (Ton départ)

Groupe ou duo de l’année : 2Frères

Interprète féminine de l’année : Marie-Mai

Interprète masculin de l’année : Marc Dupré

Spectacle de l’année – Auteur-compositeur-interprète : Jean Leloup (Jean Leloup Solo – Le fantôme de Paradis City)

Spectacle de l’année – Interprète : Fred Pellerin (Plus tard qu’on pense)

Félix honorifique : René Angelil

Nos photos en salle : http://www.alternativerockpress.ca/photo/adisq-2016-en-salle/