La formation Radio Radio a ouvert les festivités de Réappropriation urbaine, événement autrefois nommé Nuit Blanche sur Tableau Noir. À voir la foule devant le métro Mont-Royal, les gens avaient le goût à la fête et s’en sont donnés à cœur joie.

Comme à chaque année, l’événement est un grand happening où l’Avenue Mont-Royal se transforme en plateforme de création. Les commerçants sortent leurs marchandises à l’extérieur. Nous avons droit à de la danse, peintures sur bitume, installations artistiques et spectacles extérieurs.

Et c’est Radio Radio qui a fait exploser la scène de l’Avenue du Mont-Royal. Gabriel Louis Bernard Malenfant et Jacques Alphonse Doucet, deux Acadiens vivant à Montréal maintenant, ont su mettre le party et faire danser les gens.

Comme on s’y attendait,ceux qui ont gagné Révélations Radio-Canada 2010-2011 ont joué leur succès comme Ej feel zoom, Jacuzzi et Cliché Hot. La foule était très réceptive aux moindres faits et gestes des deux protagonistes. Le métro Mont-Royal avait des allures de piste de danse.

Radio Radio draine la vibe

Il faut dire que les deux rappeurs ont une façon particulière de drainer la vibe des spectacles. Chaque fois, ils ont encouragé les festivaliers à chanter avec eux. Une belle synergie s’est rendu du public à Radio Radio et ses musiciens. Les chansons du duo Acadiens sont accessibles certes, mais elles ont, à certains égards, une petite complexité.

Malgré la petitesse de la scène, les musiciens ont pu bouger à leur guise, sans trop se gêner. Ils avaient assez d’espace pour faire leurs chorégraphies et danser comme ils le voulaient

C’est un spectacle avec beaucoup de beats, de fun et d’ambiance auquel Radio Radio a convié le public du Plateau Mont-Royal. J’aurais cru l’inverse, soit beaucoup de bruits agaçants, à cause que c’est dans une rue achalandée, mais non ! Réappropriation urbaine se poursuit jusqu’à dimanche avec un spectacle de Guillaume Beauregard, ex-Vulgaires Machins.

Crédit photo : Jean-François Leblanc