Collaborateur spécial | Après un spectacle à guichet fermé à Montréal, Sting et Peter Gabriel étaient présents pour le spectacle d’ouverture du Festival d’été de Québec. Les deux Britanniques ont mis les bouchées doubles pour offrir un show extra!

Avec une douzaine de musiciens et quelques choristes, les légendaires Anglais ont pigé dans leur répertoire respectif qui a visiblement plu au public même si celui-ci a pris quelques temps avant de se faire entendre. Sting a fait résonner son grand succès des années 90 If I Ever Lose My Faith qui m’a rappelé mes belles années d’adolescence.

Comme au Centre Bell, les deux musiciens ont réagi avec la foule en français, ce qui a touché les spectateurs. L’interprète de Sledgehammer a expliqué qu’il a commencé à suivre des cours de yoga, ce qui a déclenché des rires.

D’autres succès ont retenti sur les plaines d’Abraham comme Shock The Monkey, Message in The BottleEvery Little Thing She Does is Magic, Every Breath You Take et même Desert Rose que je souhaitais entendre.

Une belle complicité

Ce qu’on retient des deux artistes, c’est la complicité qu’il y a! On n’avait pas l’impression que chacun faisait son numéro et c’était terminé. Il y avait une réelle chimie qui opérait entre eux, et ce, même si le public n’était pas toujours très réceptif. En effet, ce dernier se faisait entendre davantage lorsque Sting et Peter Gabriel ont leur joué leur gros tubes.

Les deux vedettes ont laissé une belle place à leurs musiciens invités comme le violoniste Peter Tickell  dans Driven To Tears ainsi que la choriste Jennie Abrahamson sur Don’t Give Up. Ces deux moments ont été ceux que j’ai préféré. Il y avait une belle synergie entre les musiciens à cet instant.

Tout le long, j’ai été bercé par ces chansons qui ont forgé mon adolescence ou celle de mes parents. D’ailleurs, le public était assez diversifié : des jeunes, des plus vieux, des rockeurs, des trippeux de Genesis et alouette. Une soirée chouette pour commencer le Festival d’été de Québec.