Hier soir, Jonathan Roy et Marc Dupré étaient de la fête pour cette troisième soirée du festival à Rimouski. Ils nous ont offert une soirée de proximité et ont créé une bulle avec les spectateurs, plus rien n’existait que le moment présent.

Jonathan Roy

My Lullaby est le cinquième album sorti par Jonathan Roy, mais son tout premier qu’il a réalisé, écrit et produit lui-même. Le chanteur affirme être « presque sur son X » et se sent extrêmement groundé à l’aube de ses 32 ans.

C’est avec un charisme désarmant qu’il s’est présenté hier soir devant la foule du parc Beauséjour, pieds nus, décontracté tenant son petit pot de miel, son tapis de yoga et son micro. C’est un Jonathan Roy plus naturel que jamais, léger et en toute simplicité qui s’est dévoilé au plus grand plaisir de ses fans. On ne sait trop comment il s’y est pris, mais le chanteur a su créer une bulle autour des spectateurs et de la scène afin de rendre la soirée intime malgré les milliers de personnes réunies… Soudainement, le temps s’est arrêté pour laisser place à la magie musicale des musiciens, du chanteur et de la puissante Kim Richardson faisant office de choriste. Nous tenons à souligner l’excellente sonorisation que nous a offerte l’équipe de Jonathan Roy. Il n’y a aucun doute, le jeune homme est au sommet de son art et réussi à nous captiver avec ses tout nouveaux succès radios, uniquement anglophones, tels que Keeping Me Alive, Walk Out on Me, Lost ainsi que ses anciens succès Daniella Denmark, You’re My Ace et Just Us.

Crédit : Les Grandes Fêtes Telus

Marc Dupré et son invité spécial Ludovick Bourgeois

Rencontré plus tôt en journée, Marc était très décontracté, aucunement inquiet de sa soirée. Il semblait en pleine possession de ses moyens et extrêmement heureux d’être enfin sur scène : « C’est magique ! Je regarde le site, je vois les gens arriver, je profite de chaque instant ! Ça m’a tellement manqué de voir une foule et de vivre un contact avec les gens », raconte le chanteur. Force est d’admettre que Dupré n’en est pas à son premier spectacle en carrière. S’il s’est fait découvrir comme imitateur dans les années 90, c’est grâce à son talent pour le chant et à sa grande détermination qu’il est devenu un incontournable au Québec : « Je suis un travaillant. Je n’ai pas gagné ma place, j’ai travaillé fort pour arriver où j’en suis. Je n’ai rien volé à personne. Pour moi c’est important de me sentir à ma place », raconte-t-il sourire aux lèvres. En effet, Dupré peut se targuer de réussir une carrière exceptionnelle au Québec dans la langue de Molière, comme auteur-compositeur-interprète, ce qui n’est pas toujours facile dans une population où les radios offrent de moins en moins de chansons francophones et où le français connaît une chute inquiétante chez les plus jeunes.

Tout en conversant doucement, nous avons abordé le sujet de sa fille de 19 ans. À la question à savoir si Stella Dupré allait marcher dans ses pas, il répond : « Elle est une jeune femme talentueuse, je suis choyé d’être son papa. Je ne veux pas la pousser ni l’influencer. Nous avons réalisé un premier cover ensemble en 2018, You Are The Reason, elle adore chanter et n’a pas encore d’agent, c’est mon bébé ! Mais je vous avoue que ma fille veut être chanteuse. Je ne peux pas l’empêcher de faire ce qu’elle aime. Et je sais qu’elle est plus talentueuse, plus que moi à son âge, je ne peux pas l’empêcher. Je veux toutefois la protéger de ce milieu qui peut être rempli de promesses qui ne sont pas toujours tenues », partage Dupré, les yeux pleins d’étoiles. Et nous avons fait notre petite enquête post-entrevue… Stella a définitivement un talent exceptionnel et nous sommes enchantés de la découvrir ! Toute l’équipe de ARP.Média est conquise par le timbre de sa voix… Nous attendons donc avec impatience que papa nous présente officiellement sa fille en tant que chanteuse.

Crédit : Les Grandes Fêtes Telus

Comme promis en entrevue, la soirée fut spectaculaire ! Nous avons eu la chance de voir un homme humble, sincère et énergique nous partager son amour pour la musique et son bonheur d’être sur scène. Toutefois, Dupré a réalisé une chose qu’aucun autre artiste présent au festival n’a faite : il est allé dans la foule prendre contact avec ses fans. À deux reprises, il s’est aventuré dans les corridors des zones (règles sanitaires) et a offert une performance en plein milieu des festivaliers. Ce contact direct avec les fans a été plus qu’apprécié et surtout noté par les festivaliers qui ont été émus de rencontrer leur vedette chouchou : « C’est le seul chanteur qui est venu à notre rencontre ! J’étais ici les autres soirs. Chapeau Marc ! » lance un festivalier.

La chanson Ton départ a pris un sens nouveau en cette année de pandémie mondiale et le chanteur a pris le temps de partager un peu son expérience à ce sujet : « Cette chanson est pour moi une chanson qui prend tout son sens cette année… On va être honnête, ça n’a pas été facile cette année ni l’an dernier… Je n’ai pas vu grand monde comme tout le monde et je me suis senti impuissant. Une chance que j’ai eu la musique, j’ai composé, composé, composé ! J’avais juste ça à faire ! »

Crédit : Les Grandes Fêtes Telus

Revenu au beau milieu du spectacle pour accompagner Marc, Ludovick et son mentor nous ont interprété un medley des succès mythiques de Bon Jovi, U2 et Bryan Adams, un beau moment bonbon pour tous les spectateurs.

Le clou du spectacle, la dernière chanson Nous sommes les mêmes, a fait crier la foule qui chantait littéralement par-dessus Dupré, tel un karaoké ambulant !

Il ne reste qu’une soirée de festival ce soir, où Charlotte Cardin viendra charmer les festivaliers sur les coups de 20 h 30.