C’est au Cabaret La Tulipe que Samian est venu faire sa rentrée montréalaise pour son dernier disque Enfants de la terre. Il y a un bout que je désirais entendre le chanteur d’origine autochtone, car son dernier album m’avait plu. Mais parfois en spectacle, nous sommes déçus. Ce qui n’a pas été le cas.

Notre ami Samian était en forme pour ce spectacle. Et il l’a bien démontré en enfilant ses chansons rap de belle manière. Nos oreilles ont apprécié entre autres les tubes Hold The Mic, WarriorEnfants de la terre et Lettre à Dieu, pour lequel un vidéoclip a été tourné récemment. La paix des braves et Tshinanu (qu’il fait habituellement avec Florent Vollant, ex-Kashtin) étaient très aussi au menu.

samian2

La décor de la salle était sobre, sans artifice visible — sinon des images. Ce qui a permis de garder le focus sur ce que disait le rappeur abitibien et sur sa gestuelle, et non sur le reste. Le jeune homme était accompagné de son fidèle ami DJ Horn, celui qui a produit les trois albums du rappeur et qui jouait Bérubé dans Watatatow — chaque fois que je parle de ce DJ, je me sens obligé de mentionner ce rôle. Ce dernier nous a fait voir ses talents en mixant les grands noms du rap américain des années 90. Et je dois dire qu’il a un foutu talent!

Bien que la foule n’était pas des plus nombreuses, elle était très présente et elle chantait avec lui. On voyait très bien toute la synergie qu’il y avait entre le public et le rappeur. C’est d’ailleurs ce qui m’a beaucoup surpris et m’a fait réalisé que les gens étaient là pour entendre sa poésie, la profondeur de ses compositions et le message qu’elles évoquent. On sentait la salle empreinte de toute cette belle sensibilité.

samian4

En première partie, son compagnon de longue date Le R est venu réchauffer la salle et l’a fait de belle façon! Ses compositions étaient entraînantes, et le public dansait avec lui! Il avait de quoi de sympathique dans sa musique, mais également dans sa personnalité. Je trouvais qu’il avait un petit côté cool guy que j’aime bien chez les personnes.