Dirty Dancing, ce film culte de 1987 mettant en vedette Patrick Swayze et Jennifer Grey est repris en comédie musicale adaptée pour la scène en 2004.

Celle-ci parcourt les plus grandes villes du monde et fait un arrêt au Centre Vidéotron de Québec pour un soir seulement. Le synopsis du film est respecté. On y rencontre Baby, de son vrai nom Frances, en vacances avec ses parents et sa sœur dans la région des montagnes de Catskills dans l’État de New York.

Elle y fait la connaissance de Johnny Castle, professeur de danse dans l’établissement de la famille Kellerman. Une histoire d’amour va s’en suivre, une situation qui ne plaira pas du tout à son docteur de père. Mais Baby est une fille déterminée et de son temps, donc pas trop encline à suivre les directives de papa.

Une partie des sièges sont recouverts d’un tissu noir, à cause de l’emplacement de la scène ou une vente de billets plus faible que prévue. Cette représentation nous permet d’entendre les chansons du film.

Certaines pièces plus populaires que d’autres, comme (I’ve Had) Time of My Life, Be My Baby, Hungry Eyes, Hey ! Baby, sont fortement applaudies par le public et même que celui-ci se permet de chanter avec les chanteurs. Plusieurs changements de décor sont imposés pour passer d’une chambre à un restaurant, à un gazebo ou à d’autres pièces et paysages.

Cela ralentit un peu le rythme de la pièce. La comédie musicale est en version originale anglaise ; des sous-titres en français apparaissent sur deux écrans placés de chaque côté de la scène. Pas facile de lire la traduction sur les écrans et de regarder la scène en même temps. Donc un choix à faire : le texte ou l’action.

À certains moments, l’éclairage semblait déficient. On ne voyait pas très bien les personnages sur la scène. Aurait-il mieux valu les projeter sur les écrans ? Car ils étaient très petits sur scène. Cela a-t-il affecté l’attention des spectateurs ? Puisqu’à certains moments, on entendait des gens parler bruyamment dans le public.

Les moments forts du film sont présents. Les scènes d’amour sont très prisées par le public. Les danseurs sont excellents, surtout Aaron Patrik Craven (Johnny) et Kaleigh Courts (Baby). D’ailleurs, celle-ci ressemble drôlement à l’interprète originale Jennifer Grey. À plusieurs occasions, on a pu apprécier la prestation vocale d’Erica Philpot. Quelle belle voix !

Un spectacle à voir, surtout si vous comprenez bien l’anglais et que vous tripez sur le film original. Une petite suggestion : pourrait-on en faire une version québécoise pour un festival d’humour comme on l’a fait pour plusieurs autres films cultes tels Footloose et Mary Poppins, entre autres.

Crédit photo : Courtoisie/Jeremy Daniel