L’année 2019 ayant été riche en rebondissements, c’est avec beaucoup d’impatience que le public attendait 2019 revue et corrigée. À l’image des douze derniers mois, le spectacle qui fête ses quinze ans cette année a été un feu roulant de gags et de sketches rodés au quart de tour.

Des piliers solides

Comme l’an dernier, la mise en scène a été confiée à Natalie Lecompte.

Cette dernière en est d’ailleurs à sa dixième participation sur Revue et corrigée.

Au fil du temps, elle y a été comédienne, autrice et script-éditrice.

Ces expériences font d’elle la personne tout indiquée pour diriger les comédiens.

D’ailleurs, trois vétérans sont de retour dans la distribution, soit Suzanne Champagne, Julie Ringuette et Marc St-Martin.

Des recrues talentueuses

À ce noyau s’ajoutent François Parenteau et Martin Vachon.

Ceux-ci n’en sont pas à leurs premières armes avec l’humour.

Le premier est l’un des membres fondateurs du groupe d’humour politique Les Zapartistes et le second a, entre autres, participé au festival Juste pour rire et au ComediHa! Fest.

Des deux, c’est toutefois Martin Vachon qui se démarque en chantant, dansant et jouant avec un naturel désarmant.

Le numéro de Révolution est l’un de ceux dans lequel il montre l’étendue de ses talents.

Des personnages colorés

Marc St-Martin interprétait un Jean-Marc Généreux, de l’émission Révolution, complètement survolté.

Suzanne Champagne a déclenché les rires du public sans même dire un mot en se présentant sur scène dans la peau de la mère de Bianca Andreescu, joueuse de tennis canadienne.

Ses expressions faciales ajoutées au costume de Suzanne Harel ont fait tout le travail.

Martin Vachon était parfait dans les traits du comédien André Sauvé.

Julie Ringuette a bien sûr repris sa fameuse Céline, mais de façon un peu moins exubérante cette fois.

Des moments forts

Martin Vachon était désopilant dans son personnage de vendeur dans l’encan de cochonneries, où les vestons de l’ex-commentateur sportif Don Cherry et une clé USB des données de Desjardins étaient parmi les items à vendre.

Une façon courte et punchée de faire référence à certains sujets chauds de l’année.

Le public accueillait chacune de ses apparitions avec enthousiasme.

On en aurait pris plus.

De son côté, Suzanne Champagne a causé l’hilarité générale en interprétant une Élizabeth May, chef du Parti vert du Canada, s’exprimant de façon totalement incompréhensible.

Des moins bons coups

Dans ce genre de soirée, l’accueil n’est évidemment pas le même pour tous les numéros.

Celui sur le vol d’identité de la chanteuse Safia Nolin est malheureusement tombé à plat.

Puis, l’idée d’utiliser Passe-Partout pour expliquer la loi 21 semblait si bonne au départ (quel coup de génie de rebaptiser le ministre Simon Jolin-Barette « Passe‑Bâillon! »), mais le rendu n’était hélas pas à la hauteur.

Finir l’année en riant avec 2019 revue et corrigée

Cette mouture ne sera probablement pas l’une des plus mémorables. Elle demeure toutefois un excellent divertissement et l’occasion idéale de terminer l’année sur une note humoristique.

 2019 revue et corrigée est à l’affiche du  Théâtre du Rideau Vert, jusqu’au 4 janvier, et au Capitole de Québec, du 8 au 12 janvier.

Crédit photos: François Laplante Delagrave

Texte: Nancie Boulay