En plein cœur du mois de l’histoire des noirs, quoi de plus pertinent que de présenter une œuvre qui s’interroge justement sur ce que c’est d’être noir! Après Vancouver et Calgary, c’est maintenant au tour de Montréal de recevoir les 3 colorés personnages de Black Boys et leurs questions existentielles.

Un spectacle bilingue

Dès le début, on nous informe que la pièce sera présentée en anglais, avec des surtitres en français. Or, la multitude de dialogues et la rapidité des échanges empêchent que tout soit systématiquement traduit. Ce peut donc être un obstacle pour ceux qui ne maîtrisent pas bien la langue.

Homme, noir et queer

Devant nous se trouvent Stephen, Tawiah  et Thomas, à la fois comédiens et créateurs de la pièce. À l’aide de chants, de projections, de danse moderne et de costumes parfois flamboyants, ils racontent leurs histoires. Les trois interprètes cherchent à mieux se comprendre et mieux comprendre leur rapport au monde. Chacun d’eux ira de son interprétation de ce que signifie pour lui être homme, noir et queer.

La place belle aux performances

Les performances occupent une grande place dans le spectacle, parfois au détriment du propos. Il devient donc difficile de s’y retrouver dans l’histoire. Le fait que plusieurs dialogues soient criés est aussi un irritant.

Déboulonner les préjugés

Enfin, nul doute que ce spectacle est important ne serait-ce que pour déboulonner certains préjugés tenaces et à donner de la visibilité à une communauté qui est encore sous représentée dans le milieu.

À l’affiche

Black Boys est une production de Saga Collectif et du Buddies In Bad Times de Toronto, qui s’est donné comme mission de questionner les normes sexuelles et culturelles. Le spectacle  est présenté  en codiffusion avec le Black Theatre Workshop . Il est à l’affiche du Théâtre Espace Libre jusqu’au 17 février et sera ensuite présentée du 28 février au 11 mars au Buddies in Bad Times Theatre de Toronto.

Crédit photos: Jeremy Mimnagh